Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 Jun

Au programme

Publié par labelette  - Catégories :  #Arrête ton baratin

Au programme donc :

- une angine : elle est dans les parages depuis hier soir, et je l'adore déjà. J'aime l'audace qu'elle a de se mêler à mon nez bouché et les agréables frissons qui l'accompagnent (et qui m'ont fait demander à la nounou de bien habiller Crumpette, hein, il doit faire très froid dehors, "Ma non cette très chaud dehors aujourd'hui!!!") (même que j'ai froid même avec mon gros gilet)(même que si ma mère touchait mes mains, elle dirait : "Mais elles sont glacées, mais je te dis que t'as d'la fièvre!". Surtout, j'aime cette sensation de plaie ouverte sur laquelle on appuierait pour un but que j'ignore à chaque déglutition (désolée pour le terme, mais pour une fois que j'ai le bon mot pour un truc, je vais pas m'en priver).

Une angine, c'est bien, c'est discret avec en même temps une forte personnalité, ça n'empêche pas de faire quoi que ce soit, mais c'est toujours là putain.

Depuis hier soir, je passe mon temps à faire un truc très curieux et propre à tous les porteurs de mini-maux, à savoir : je touche mon front en permanence (on sait jamais, peut-être que j'ai un très très soudain pic à 50° de fièvre et qu'on va devoir m'emmener à l'hôpital)(peut-être que je vais mourir en écrivant un billet)(une Belette retrouvée morte sur son clavier, alors qu'elle rédigeait un passionnant récit sur ses perspectives de la semaine) (Valérie Trierweiler a twitté que ce ne serait pas une grosse perte). Alors, pour savoir si je suis en passe de devenir très malade, je touche mon front une fois/20 secondes et je déglutis comme une dingue et à tout propos. L'angine est toujours là? Oui, ça va. Attends, je vérifie. Oui, toujours. Fais voir là, peut-être qu'elle a déserté les lieux? Non, toujours là, ouf. 

-  la top nounou qui se barre dans une semaine : ce matin, elle regardait tristement Crumpette : "Ma plus qu'une semaine, cette très dur", "Vous faire autre fille et donner moi Crumpette, d'accord?". Moi : "Non, ce n'est pas possible, Crumpette A HORREUR DE LA SUISSE". En tout cas, vivement la semaine prochaine, qu'on se retrouve avec personne ou avec quelqu'un qu'on virera la semaine d'après. Et puis, maintenant que Toto a jugé bon de me signaler que la nana ayant buté puis découpé et caché des corps dans le bois de Vincennes était nounou, je me sens plus en confiance que jamais. 

- un festival calorique : alors que d'autres seront en plein Dukan, Zermati ou Cohen, histoire d'aborder l'été à bourrelets atténués, j'ai un planning pour la semaine qui devrait me permettre d'atteindre un niveau calorique inégalé (ce dépassement de moi-même, c'est quelque chose auquel je tiens)(mais ça peut entrer dans le cadre d'un régime, comme si j'avais décidé de regrouper tous mes repas jokers d'un an sur une semaine). Dès ce soir, dîner au restaurant du dernier vainqueur de Top Chef, Jean Imbert (je mets son nom parce que j'ai remarqué que les noms des candidats de Top Chef m'amenaient plein de lecteurs) (je pense qu'ils ne reviennent jamais, eu égard au contenu du blog, mais le temps d'une journée, j'ai l'illusion statistique d'être hyper lue). Puis samedi, une fois n'est pas coutume, un brunch (ce qui n'est pas coutume, c'est le samedi, vous l'aurez compris), puis un giga test comparatif de clafoutis avec quelques autres malades mentaux, puis (hum, je crois qu'on va attendre la semaine d'après), selon l'initiative d'une amie très chère (vous allez vite comprendre pourquoi je tiens à elle), un road show parisien sur une journée des meilleures pâtisseries dûment recensées par la grandiose impératrice Louise .

- la fête de l'école : alors que je faisais ma discrète ces derniers temps, j'ai reçu un papier de la directrice (pas que moi, hein) (enfin, j'aime le croire) me demandant d'indiquer :1) ce que je comptais amener (bah chais pas moi, je prendrais une bricole en passant, genre 600 macarons de chez Pierre Hermé, soit 2 par personne, ça ira? ) 2) quel stand je comptais tenir et à quelle heure (euh, alors, déjà pas au début pour que je n'aie pas à installer ni à la fin pour que je n'aie pas à ranger, et puis un stand où il n' y a pas de conneries genre de l'eau, de la peinture ou des trucs à faire) (j'ai choisi "vente de sachets de bonbons") (comme ça je verrai quels sont les parents sympas)(ah mais vous vendez ces horreurs chimiques, viens Marcel, on va acheter des biscuits sans sucre ni gluten ni chocolat chez Naturalia)(on ira demain, parce que là tu as déjà mangé une belle cerise pour le goûter). 

A propos de fête d'école, autant là ça va, ça dure 2 heures, et ya ma fille (enfin, le plus content d'y aller, c'est mon marido, dès qu'il peut manger des crêpes et pécher des canards, il est content), autant l'année dernière... Je me suis tapé la fête de l'école de la fille de gens (je peux pas dire qui, mais en gros, j'ai pas pu y couper) et c'était d'une insoutenabilité sans nom. Attendre 2 heures pour 3 galipettes ratées et dire qu'elles étaient géniales, bravo, oui oui je prends des photos, c'est bon putain c'est la plus nulle de sa classe,  puis piétiner 1h à la kermesse mise sur pause pendant l'intervention de seniors en démonstration d'un sport de méditation (20 vieillards mettant 45 minutes à lever un bras sur une musique de salon de massage cheloud), le tout magistralement clôt par... le spectacle d'une amie de la fille... (parents en délire, encore encore encore, on s'est coltiné 3 fois de suite la même chorégraphie et c'était pas vraiment Madonna).

Bon, ya encore d'autres petites choses au programme bien sûr, mais là je sens que je vous fais déjà envie, alors je n'en dis pas plus. 

Demain, bilan du restaurant de Jean Imbert. 

De qui? 

De Jean Imbert. 

Commenter cet article

Mikl 22/06/2012 17:33


Dear Belette balade, je constate avec navritude que vous ne tenez aucun compte de mes précieux conseils sur les façons plus ou moins cheuloux de couper aux corvées des kermesses scolaires. Du
moins, vous avez le bon sens d'avoir choisi le stand de bonbons. 


Comme je vous ai à la bonne, je m'obstine à vous donner (en soupirant) le seul conseil qui vaille, une fois coincée derrière votre stand : Rachetez en catimini tout votre fond de commerce. Et
d'une, vous boostez votre renommée auprès de la dirlo; et de deux (vous la jouez émir qatarien s'offrant quatre palaces d'un coup) et de d..(foutrai plus les tongs au Palais de la Méditerr...) ET
DE DEUX, vous vous constituez un giga trésor de guerre en haribo, lézards, fraises tagada. Troisio, vous démontrez en live à vos enfants que dans la vie, certains privilèges sont l'apanage des
adultes. Oui, les fraises tagada aussi. Ah mais oui mais pourquoi on apprend à lacer ses shoes tout seul, hein? sinon?

labelette 24/06/2012 21:12



Je ne suis pas si nulle en stratégie puisque, figurez-vous, le stand de vente de bonbons était déjà fermé au bout de 45 mn, victime de son succès. Quel dommage!



Alphonsine 22/06/2012 14:22


J'ai deux choses à te dire :


1. Je suis suissesse. Bon, tu ne pouvais pas le savoir, c'est pourquoi tu as dit que ta fille n'aimait pas la Suisse.


2. Je suis ravie de faire l'école à la maison. Les fêtes de fin d'année, c'est moi qui les organise, et je suis toujours d'accord avec tout : les horaires, les jeux, les repas. C'est le top !


 

labelette 22/06/2012 15:51



1 : j'ai dit qu'elle n'aimait pas la Suisse uniquement pour titiller la nounou qui nous abandonne. EN réalité, nous partons en Suisse en août. Tu vois, on est des gens ouverts. 


2 : euh, whaouh. 



au petit bonheur 22/06/2012 08:56


J'vois qu'on en est toutes au même point...Ce soir Kermesse et je tiens un stand maquillage pendant que mes 4 vont apprendre l'autonomie, à savoir : faire leurs jeux tout seuls, se nourrir tous
seuls, s'éclater ensemble mais sans moi, bref...Une saine négligence...

labelette 22/06/2012 09:50



Il est super le programme de tes enfants!



Ginger 22/06/2012 00:07


Tiens bah justement j'hésitais à aller à la fête de l'école de mes nephews, mais là tu me décides ! (c'est le Livre de la jungle cette année)

labelette 22/06/2012 09:51



Je suis contente d'avoir trouvé les bons arguments pour te convaincre. Il faut que je les relise pour moi. 



Gaelle 21/06/2012 19:26


Déjà j'avais un peu honte de t'avoir balancé ce matin mes p'tits soucis de boulot, mais maintenant que je sais que tout en m'écoutant me répandre tu souffrais en silence, j'ai honte niveau 2. Mon
remède miracle : un bon vieux grog... je soigne presque tout avec ça : ça désinfecte, ça anesthésie...


Bon je commence à être accro à ton blog, je sais pas si y'a un phénomène d'accoutumance ??... des effets secondaires ? à surveiller...

labelette 22/06/2012 09:53



Oui, il y a un phénomène d'addiction, car j'utilise beaucoup le mot "putain"...



chipie chic 21/06/2012 17:49


Je vivrai exactement la même expérience que toi samedi matin (tenue de stand y compris). Il faudra qu'on debriefe...

labelette 22/06/2012 09:54



Tu tiendras quel stand? 



Jeanne qui connaît Stéphane 21/06/2012 15:52


Je compatis car je suis aussi embauchée pour la fête de l'école (par les mamans qui ne me parlent plus depuis que je ne suis plus déléguée, mais qui se rappellent mon adresse mail). 


Quant au restaurant, fais gaffe: quand on promet un billet, il faut l'écrire. C'est Jean Imbert, c'est ça?

labelette 22/06/2012 09:57



Tu veux pas nous écrire un petit billet sur ton ex vie de déléguée de parents d'élèves? 



Les Amis de la Belette 21/06/2012 15:06


Tu ne connais pas encore ton bonheur... à venir ; outre les fêtes de l'école viendront, bientôt, très rapidement, dans 3-4 ans, les kermesses, les fêtes du sport et toutes les mini-manifestations
qui te prennent tout le mois de juin alors que : tu n'as rien demandé. Vivement juillet !!!!

labelette 21/06/2012 15:23



Hum, j'ai hâte. 



toto 21/06/2012 14:37

Elle est nounou, mais CHINOISE. C'est Jean Imbert chez qui tu vas dîner, c'est ça ? Soigne-toi !

labelette 21/06/2012 15:25



Oui, c'est bien chez Jean Imbert. Celui de Top Chef. 


Bon, j'essaierai pas les nounous chinoises. 



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.