Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 May

C'est pas ma version, c'est vrai

Publié par labelette  - Catégories :  #L'angoisse du jour

Bon, de quotidiens mes billets virent progressivement à hebdomadaires. 

Je suis rigoureuse à faire peur. 

Rassurez-vous, ils ne deviendront pas mensuels car je ne tiendrai pas la pression : moins il y a de billets, plus vous vous attendez à des articles qui valaient la peine d'attendre, donc moins j'en écris (c'est la logique dite de la belette).

Je reviendrai sans doute à davantage de régularité afin de noyer les billets d'intérêt moindre (si, il y a une hiérarchie dans mes articles, même si je reconnais qu'elle est assez subtile). 

J'ai déjeuné aujourd'hui avec 2 amies. Nous nous sommes retrouvées à la Défense, un quartier d'affaires traversé le midi par des nuées de nanas en tailleur gris et des hommes en sandwich thon-crudités et costume bleu marine. Egalement traversé ce jour-ci par une tache en jupe longue à fleurs et sac de plage : moi. 

Après ce déjeuner, une de mes amies s'est rendue rapidos à une réunion d'importance majeure pour la marche de son énorme entreprise. L'autre était attendue à un colloque pour une intervention, mais j'ai quand même eu le temps de lui demander ce qu'elle avait dans son sac à dos : 

LES COPIES DU CONCOURS D'ENTREE A NORMALE SUP.

Depuis 4 ans, c'est mon amie (donc, quelque part, moi) qui décide si Gonzague aura passé 2 ans à bosser jour et nuit comme un ouf pour rien ou pas. C'est elle qui écrit "2/20" ou "7/20" (pour les plus brillants) en haut à gauche des copies. Agrégée, normalienne, titulaire d'un doctorat d'histoire, mon amie que je surnomme affectueusement "Le saviez-vous?" s'est dirigée vers son colloque avec des copies de potentiels normaliens pendant que moi je suis restée aux 4 Temps pour trouver des sandales argentées. 

Ce n'est pas l'objet de ce billet, mais je tenais à vous rappeler mon stupéfiant niveau de culture et d'érudition (je me rends compte que je suis très discrète sur ce sujet, alors que je suis incollable sur la géo-localisation des sandales argentées en région parisienne).

Après ce déjeuner, j'ai eu un ami en ligne (ouais, j'ai bossé comme une dingue aujourd'hui). 

Il divorce, ce qui ne fut pas exactement un scoop puisque sa femme me l'avait déjà dit.

J'ai eu droit bien sûr à sa version. 

Elle avait tort sur tout et lui, il fallait le comprendre.

Cela a donné lieu à un certain malaise chez moi. 

Car justement, d'après elle, il avait tort sur tout et elle, il fallait la comprendre.

Il a développé. J'ai en effet compris ses arguments. 

Mais elle aussi avait développé et j'avais compris ses arguments.

J'étais totalement et sincèrement en empathie avec l'une puis avec l'autre (avec un peu d'imposture tout de même car j'ai à chaque fois dû feindre d'ignorer l'autre version tout en présentant diplomatiquement ce que l'autre pouvait ressentir; tache très ardue). 

Ce que cette histoire m'a révélé plus que jamais, c'est que quand on est amie avec quelqu'un, forcément, on voit les choses avec son prisme.

Et quand on est amie avec les 2 protagonistes, bah là ça commence à devenir très compliqué, parce qu'on lit les choses avec 2 prismes pas franchement compatibles. Alors on se prend la tête pour essayer d'être un soutien efficace, mais les 2 n'ont qu'un souhait : qu'on se rallie à leur version, parce que franchement tu ne te rends pas compte de ce que j'ai vécu putain. 

Et puis aussi on réalise à quel point finalement tout est une question... de prisme, justement. Tout le temps. Pour tout le monde. 

Vu de chez elle, il a déconné. 

Vu de chez lui, elle a déconné.

Vu de chez moi, je ne sais plus trop qui a déconné, un peu lui, un peu elle, personne en fait, parce que CE N'EST PAS LA QUESTION. 

Au final, pfffffffffffffffffffff, la seule certitude, c'est que c'est la merde. 

Alors là où intervient l'amitié c'est précisément là : je conseille quoi?

Non, en fait, la vraie question c'est à partir de quand la personne en face sera en mesure d'écouter autre chose que t'as raison, ouais t'as raison. 

Non, en fait, il ne faut rien conseiller. Juste écouter, soutenir, accompagner, changer les idées (un doux rêve, car généralement les premiers temps un certain phénomène de ressassement se produit).

Parce que les conseils, on ne peut pas en donner. Déjà qu'ils ont 2 grilles de lecture, on va pas débouler avec nos dis-lui casse toi pov con, ou propose-lui de ne plus jamais sortir de chez toi jusqu'à la fin de tes jours.

En plus, nos conseils, ils s'en foutent. On passe une nuit à dire surtout surtout ne rentre pas chez toi demain, quoi qu'il arrive, et le lendemain, qu'est-ce qu'elle fait bibi? Elle y va, et elle hésite même pas une seconde. Et après elle dit, j'aurais pas dû y aller, et nous, on ne doit pas fanfaronner je te l'avais dit nananère. 

Tout ça pour dire que si vous vous voulez vous séparer, pensez à vos amis. C'est très difficile pour eux.

NOTA BENE : les protagonistes de ce billet ont été mélangés, les histoires quelque peu réorientées de manière à illustrer mon propos. Je précise cela parce que je vous connais, vous ne maîtrisez pas toujours la notion d'imposture. Je suis immonde, mais tout de même, il me reste 2 amis, et j'y tiens. 

Commenter cet article

Mme Le saviez-vous 31/05/2011 12:21



Rectification : on s'emballe dans le style vestimentaire au fil des commentaires... ce sont bien des sandales argentées et une jupe à fleur, et non l'inverse. Sinon tout la Défense aurait vu la
Belette briller dans sa jupe argentée en plein soleil - car il faisait réellement beau ce jour-là. J'en profite pour déplorer que les 4 Temps soient si dramatiquement pauvres  en sandalettes
argentées pour enfants, qui pourtant sont un outil bien pratique pour les mamans qui ne tiennent pas à laver les godasses de leur(s) chérie(s) tout les soirs en rentrant du parc, tout en leur
donnant quand même un semblant de style puisque cette couleur va précisément avec tout. Et aussi pour exprimer notre frustration puisqu'on a fini, après moult déambulations et circonvolutions,
par enfin trouver le fameux DPAM chaussures enfants, qui était signulièrement mal indiqué et qui n'a toujours pas de carte de fidélité digne de ce nom - ce qui, à l'heure de l'inflation des
offres promotionnelles, devient pour le moins rétrograde, voire anti-commercial.



labelette 31/05/2011 12:28



Suis d'accord sur tout, je vous l'avais dit, elle sait tout!



Miss Miette 30/05/2011 22:06



Dis la belette, tu crois vraiment que "nos conseils, ils s'en foutent" ?
Je me suis souvent dit le contraire (comme amie et, surtout, comme protagoniste d'une rupture ;-)). Certes, il y a les premières 24 heures, où, effectivement,la demande et de l'ordre du doudou
100% régressif. Mais ensuite, les amis sont les seuls à pouvoir, avec douceur, apporter, l'air de rien, un miroir. Pour que l'on puisse, jeter un pti coup d'oeil, et se rendre compte que
peut-être, peut-être,  tout n'est pas si simple et qu'en fait, on a été deux (au moins, parfois plus) à "déconner". Cela permet de se poser, de réfléchir aux vraies raisons de la rupture
(pour l'un comme pour l'autre), et d'accepter son imperfection, et parfois, souvent, son imposture, non ?



labelette 31/05/2011 00:10



humm certes, mais il faut plus de 24H avant de pouvoir se regarder dans le miroir qu'on nous tend. La difficulté étant qu'il faut aussi petit à petit révéler des choses qu'on avait quelque peu
dissimulées pendant la relation...



Les amis de la Belette 30/05/2011 20:50



Quand on voit la qualité intellectuelle et professionnelle de tes amis, je comprends pourquoi j'ai un surnom sur ton blog ! Tu devrais pouvoir créer une appli pour smartphone, qui détecte les
sandales argentées everywhere, tu serais une belette riche ! 



labelette 31/05/2011 00:08



j'aime l'idée d'une belette riche, et si ça doit passer par une appli sandales argentées, je vais me pencher fissa sur la question



Schtroumph G. au G. 30/05/2011 20:36



Mais tu n'as pas un léger doute sur les capacités d'assortiment d'une jupe argentée avec des sandales à fleurs ? 


Gare à ne pas être à l'origine d'une rupture pour foncière incompatibilité.  



labelette 31/05/2011 00:05



à l'origine d'une rupture? Meuh non, je peux être un élément contributif mais décisif tout de même tu me prêtes trop d'importance. 



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.