Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 Jun

Etude capitale sur votre alimentation, faites-le pour moi

Publié par labelette  - Catégories :  #L'angoisse du jour

Voilà une petite étude que je vous soumets parce qu'elle me tient particulièrement à coeur. 

Ses résultats sont destinés à une personne de mon entourage afin qu'elle soit éclairée sur le chemin du renouveau alimentaire (ceci n'est pas une secte). 

Dans une tentative de la dernière chance, j'espère que les preuves scientifiques que vous lui apporterez la mettront (cette personne) (pas forcément de sexe féminin) enfin sur la juste voie culinaire (la mienne) (la plus open et palpitante). 

Merci de prendre quelques instants de votre merveilleux temps pour répondre à ces quelques questions :

- Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?

- Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement? 

- Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement plus de 90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)? 

- Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas le reste (et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?

- Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne qui s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?

- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un jour ou genre jamais ?

- Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni fromage, n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?

- Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 

Merci d'avance pour votre contribution.

J'en livrerai, si vous le souhaitez, les conclusions. 

N'hésitez pas à glisser des messages, LA PERSONNE pourrait les lire.

Commenter cet article

Soulager les douleurs 21/06/2013 19:34


Toujours un plaisir de vous lire sur ce blog.

Do 21/06/2013 19:24


Du saumon à la canelle, j'aurai grave hésité tout de même.

Do 20/06/2013 21:45


- Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?


Oui, comme le poisson, mais le céleri, jamais never


- Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement? 


Nan faut pas pousser.


- Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement
plus de 90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la
proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)? 


Je mange et je dis merci et je rentre chez moi et je prends un spasfon


- Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas le
reste (et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?


Nan je suis polie mais je serai affamée


- Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne qui
s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?


Ben nan j'ai été bien élevée, je trie pas chez les amis


- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un jour ou genre jamais ?


Si vous pensez au céleri, nan jamais, ou alors noyé dans de la sauce tomate


- Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni fromage,
n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?


Plein, mais ils ne mangent pas chez moi


- Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 


J'ai le droit au chocolat ? Oui.

labelette 21/06/2013 17:41



Le fait que tu sois prête à manger du céleri même noyé dans la sauce tomate alors qu'on sent que ça te coûte, franchement, c'est une preuve de savoir vivre exceptionnelle.


Un peu comme moi la fois où j'ai mangé du saumon à la cannelle. J'en vomis encore..



Kat 19/06/2013 15:43


Je me permet de laisser mes petites réponses au questionnaire.


- Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?


Oui, la chicorée.


- Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement? 


Je l'intègre, comme la fameuse chicorée, d'ailleurs. Ou la salade frisée. Ou le lait. Ou...


- Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement plus de
90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la
proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)? 


Je mange quand même, et avec le sourire. Parce que je trouverais impoli de faire la difficile, et que je n'aimerais pas qu'on me retourne la pareille.


- Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas le reste
(et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?


Pas le moins du monde. Je ne suis pas la reine de je ne sais où, et pareil, question de politesse, on laisse de quoi manger a tout le monde, on est pas égoïste, on ne pense pas qu'a soi.


- Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne qui
s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?


Je mange avec plaisir.


- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un jour ou genre jamais ?


 


Jamais si on est pas aidé. Un jour si on y arrive.


- Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni fromage,
n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?


Je suppose qu'on doit tous connaitre quelqu'un dans ce genre là. Mais patience et perseverance, ces gens changent parfois ! -Pour exemple, mon conjoint-


- Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 


 


Je ne pense pas. Je n'aimerais pas être limitée a ce point là. Tant pis pour la perfection japonaise, je ne l'atteindrais donc pas.

labelette 21/06/2013 17:45



C'est pas grave, Kat, pour la perfection japonaise. Moi aussi je ne suis pas prête de l'atteindre...



Jimidi 17/06/2013 16:59


Autant que je me souvienne, petit, je n'avais guère de dégoûts alimentaires, sauf pour le melon et les salsifis. (D'ailleurs, je ne sais même pas comment ça s'écrit). Pour le melon, c'est passé.
J'en mange volontiers quand il y en a. Pour les salmachins, heureusement, c'est un légume assez rarement cuisiné. Je n'ai donc pas eu - de mémoire - l'occasion de vérifier récemment si c'était
toujours aussi dégueulasse. Ploum ploum. Depuis que je me suis fait oppérer de la vésicule biliaire, y'a deux trucs qui ne passent plus : le café (mais petit à petit, je sens que je pourrais
replonger) et le chocolat. Sous toutes ses formes. Ce n'est pas que ça me rende malade, ni que ça me transfome en Hulk, c'est juste que ça me reste sur l'estomac et que, heu... il faut alors que
je me tienne pas trop loin des toilettes. Mais aussi incroyable que ça puisse paraître, le chocolat, on s'en passe très bien. Je mange très volontiers de tout le reste, avec une préférence pour
le salé. J'ai bon là ?

labelette 21/06/2013 19:44



Oui, tu es parfait. Je laisse ton commentaire ;)



Stelda 16/06/2013 21:03


Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?


Oui mais c'est moins à force de dépassement individuel que d'après-midi consignée dans la cuisine pour finir un poisson pané froid. Ca motive.    


- Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement? 


    J'intègre férocement. Voire je deviens monomaniaque et le choisis chaque fois que je vais au restau. 


- Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement
plus de 90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la
proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)? 


  Même réponse que Shoz. C'est toujours meilleur chez les amis... Parce que c'est gratuit ?? Roooh, je plaisante! peut-être parce que c'est fait avec amour ?  


- Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas
le reste (et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?


 Non, bien sûr. Mais on peut imaginer des alertes à la bombes, ce ee de trucs qui détourne l'attention générale histoire de planquer le plat et de le finir en douce sur le balcon /
dans la salle de bain (comment ça, c'est sauvage ?) 


- Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne
qui s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?


 Si quelqu'un me fait ça, je pense que je le réinvite jamais. Et je préfère sortir sans mascara que trier mon assiette. 


- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un jour ou genre jamais ?


    J'ai connu une petite fille qui ne mangeit que des aliments blancs. Peut-être après avoir été prise dans une tempête de poussière de charbon ? Ou avoir été forcée à
manger du réglisse ? 


- Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni
fromage, n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?


Ca existe, ces gens-là ? Je suis vraiment un lapereau de 6 semaines.  


- Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 


Moi oui : j'ai l'âme japonaise. Mes convives y prendraient peut-être moins de plaisir.

labelette 21/06/2013 19:44



Que des aliments blancs? Trop chelou!



shoz 14/06/2013 16:58


- Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?


quasiment tous les légumes, et en fait tous les plats qui n'étaient pas cuisinés par ma mère.


 


- Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement? 


de moi même je ne tente pas l'aventure, mais chez les autres je goute de tout , y a même des trucs que je trouve pas bon.. mais j'arrive jamais à refaire aussi bon , en même temps je n'insiste
pas trop.


- Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement
plus de 90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la
proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)? 


 


j'adore gouter les plats des autres, si je pouvais je ne mangerais que chez les autres.


- Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas
le reste (et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?


 


c'est pas l'envie qui me manquais mais je suis plutôt communiste.


- Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne
qui s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?


 


oui c'est vraiment gentil, ça doit être une personne exceptionnelle, qui a le coeur sur la main, qui est altruiste, et qui sait faire plaisir aux gens qu'elle aime.


- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un jour ou genre jamais ?


oui c'est sûre , il y a une légende qui traine sur ça .. paraît que j'ai arrêté de manger le jour où ma mère s'est fait opéré ... pauvre petite chose.


- Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni
fromage, n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?


pire je connais quelqu'un qui dit qu'elle est pas difficile et qu'elle aime de tout et dès qu'on lui propose un truc, elle aime pas.


- Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 


1. je ne cuisine pas


2. mon alimentaition c'est pizza cornflakes sauf quand je vais chez des amis


 


est ce que comme dans tous les sondages, on peut être tirer au sort pour gagner un super beau cadeau , comme un t-shirt à l'effigie de la belette ?

labelette 21/06/2013 19:47



Un tee shirt à mon effigie? Je vais y réfléchir, mais je sais pas si mes moustaches rendront bien. 


Pizza-cornflakes, ça me semble parfait. 



chipe chic 14/06/2013 14:17


Mais tu parles d'Alex??? C'est quand même louche que tu le connaisses aussi bien...

sous les galets 14/06/2013 10:34


Je crois que je suis cette personne, malgré moi!! J'ai épousé un cuisinier, donc quand on est invités, les gens s'épuisent à faire des trucs super élaborés ("alors t'en penses quoi? tu crois que
j'aurais du rajouter du gingembre? j'ai citronné trop tôt hein ça a cuit un peu? tu aurais fait comment toi?) et moi j'ai tellement peur de ne pas aimer, de passer pour mal poli, ou pire faire de
la peine, que je ne peux rien avaler. Je dis que je ne me sens pas bien et je file fumer sur le balcon...Je rève qu'on me fasse des coquillettes pour ne pas avoir la pression...

labelette 21/06/2013 19:48



T'as épousé un cuisinier? 


Bon, pas moi, autant le dire clairement. Pas du tout du tout.


C'est lui qui cuisine chez vous?



moustache 13/06/2013 15:56


Je tiens à dire que j'adore le commentaire d'Elsa Saône

La Renarde 13/06/2013 15:10


Ayant parfaitement identifié LA PERSONNE, je lui écrirai en MP ou lui en toucherai un mot lorsque je LA croiserai autour du stand foie gras à un sombre événement professionnel... Un message
particulier à faire passer à cette personne ?!

labelette 21/06/2013 19:51



Non, aucun message. Du moins, aucun nouveau message. Mais tu seras mignonne d'abonder dans mon sens. 



Ginger 12/06/2013 22:57


L'essentiel c'est de s'alimenter à ce qu'il paraît... 


J'ai hâte de savoir ce que tu vas faire avec les résultats du sondage, j'espère que ce ne sera pas trop sanglant quand même ! 

labelette 21/06/2013 19:53



Non, ne t'inquiète pas, ce ne sera pas sanglant, la personne sait déjà ce que j'en pense...



fabienne 12/06/2013 22:07


- Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?


Oui, par exemple les endives, la choucroute, le Roquefort ...; mais pas de dépassement ou autre, cela s'est fait naturellement au fil du temps ; par contre je reste bloquée sur les huîtres, les
tripes et autres abats par exemple, et je m'en fiche je ne veux même pas essayer, j'assume totalement si c'est de la bêtise.


Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement?


Je l'intègre bien sûr !


Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement
plus de 90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la
proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)?


Si possible (c'est à dire si ce ne sont pas des "trucs" qui me "lèvent le coeur" ; ne pas trop aimer c'est une chose, être dégoûtée en est une autre) je mange le maximum de choses ; dans tous les
cas je refuse la gentille proposition de me faire des coquillettes, l'hôtesse (ou l'hôte !)a eu assez de boulot comme ça et si je n'ai pas un "gros" repas ce n'est pas grave !!


Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas le
reste (et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?


Certainement pas !


Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne
qui s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?


Je mange avec plaisir ; d'ailleurs je me demande quel légume je n'aime pas : a priori je n'en vois pas.


- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un jour ou genre jamais ?


?? Oui peut-être, pour espérer être un adulte un peu zen... Mais ça dépend ce qu'on entend par "dépasser" : si c'est pour finalement manger des tripes par ex, alors là non, le "genre jamais"
s'applique !


Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni fromage,
n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?


Non, ça existe ?


Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 


C'est très peu, alors non si je peux faire autrement ; mais s'il fallait s'y résoudre je pourrais survivre (tristement ?).


 


Saura-t-on qui est LA PERSONNE  et pourquoi cette enquête ? En tout cas je veux bien un bilan, des conclusions ...

labelette 21/06/2013 19:50



Cette enquête est destinée à me relayer en espérant que quelqu'un trouve les arguments qui feront enfin évoluer la personne...


 



Gaelle 12/06/2013 21:36


- Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?


Oui, je détestais le fromage de chèvre, et vers 16 ans, j'ai changé grave d'avis. Et pendant longtemps je ne supportais pas la bière, son goût, son odeur, et à 34 ans, finalement, et ben... j'ai
reconsidéré ce point de vue


- Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement? 


J'intègre à fond


- Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement plus de
90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la
proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)? 


Je mange !


- Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas le reste
(et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?


Je ne suis pas difficile, mais il ne faut pas me provoquer sur le foie gras


- Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne qui
s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?


Je mange avec plaisir


- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un jour ou genre jamais ?


Enfant j'ai été vachement malade avec un fraisier, et j'ai boudé le truc avec dégout pendant super longtemps, et j'ai décidé de surmonter en regoutant. Bon, pas incroyable, mais ça passe


- Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni fromage,
n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?


A ce point là non, mais je connais des relous de la bouffe qui ont des principes sur tout et te font des discours  sur ce que tu viens de manger avec plaisir. Définitivement pénible.


- Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 


Uniquement 4, non, trop limité, mais je trouve intéressant d'avoir un truc de base, un fil conducteur. Mon aliment de base ce sont les pâtes et je trouve marrant d'avoir plein de façons de les
faire.

FLG 12/06/2013 18:01


Mais, ma chère Belette, tes questions ne sont-elles pas tournées de manière à LEGEREMENT orienter nos réponses ? Je pense qu'il faut laisser la Personne libre de ses goûts alimentaires, parce
qu'on a tous (à part quelques Saints) un ou plusieurs aliments qu'on n'aimerait pas trouver dans son assiette...  J'ai longtemps été très difficile, extrêmement mal à l'aise à l'idée d'aller
au restaurant, ou d'être invitée parce que j'étais réputée "difficile". Et finalement, c'est savoir qu'un "plat de coquillettes" est toujours possible, et ne fâchera pas, qui donne envie de
tenter l'aventure gastronomique avec plus de quatre aliments !


Je ne t'ai pas habituée à ce type de discours gnangnan, mais je ressens une très grande empathie pour la personne que tu décris ! Eh oui !!

Mikl 12/06/2013 13:01


Est-ce que, plus jeune, vous détestiez... ?


À fond! (voir question suivante)


Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous


Ouai bon ça va bien le chantage affectif, hein?!... Malpolis, va!


Vous êtes réputé très difficile


Purs ragots


 




Quelqu'un vous fait à manger


Faut arrêter le harcèlement, là


Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 
Cuisiner?!...

Est-ce qu'un traumatisme d'enfance...


Bah...non...pourquoi vous me demandez ça...? Ok, j'aime manger les trombones; vous en voulez
un? 


Je rappelle que LA PERSONNE est...euh...une personne. Oui, comme le bébé: une personne chiante, voilà, tout pareil.

clarou 12/06/2013 12:09


c'est surtout une question de savoir-vivre. de mon côté, je m'efforce de manger ce qu'on me propose même si je déteste vraiment. j'en prends une cuillère et avale le plus rapidement possible
chaque bouchée. j'essaie de ne pas faire de grimaces.


oui on peut dépasser les "traumatismes" d'enfance. Enfant j'utilisais tous les stratagèmes possibles et imaginables pour ne pas manger de viande. c'était le calvaire et le pire... c'est qu'on
avait de la viande presque tous les jours! Aujourd'hui, je me fais volontier une petite bavette-frites !


Je connais quelques personnes qui n'aiment rien -ou presque- et qui, de surcroit, sont allergiques à beaucoup d'aliments.  il me semble que ce sont des personnes qui ont des problèmes
psychologiques (n'étant pas psychologues, je ne pourrais pas affirmer ceci avec certitude...)

labelette 21/06/2013 19:52



Je confirme : ce sont des personnes qui ont des problèmes psychologiques, du moins c'est ce que je m'ingénue à prouver ;)



Fabignou 12/06/2013 11:11


Cette personne ne serait-elle pas, un peu, une emmerdeuse ?


A la place de "l'hôtesse" j'aurais été très énervée aussi, mais je trouve ça surtout très triste pour cette personne : ne rien aimer à ce point-là, quel enfer ! Quant à rester bloqué sur ses
préjugés et en rajouter des tonnes, c'est se gâcher la vie et celle des autres par la même occasion. Juste stupide...


Dans la série "relous à table" une amie m'a raconté qu'elle avait passé des vacances avec un type qui prétendait avoir une allergie alimentaire. Tout le monde a cuisiné en faisant hyper gaffe,
avant que quelqu'un lui demande ses symptômes et qu'il révèle, bien embêté, que c'était juste une question de goût. Non, il n'y a pas eu de lynchage, oui mes amis sont des saints :-)


 

Stiop 12/06/2013 10:13


En tant que parent, je donne à mes enfants, que dis-je, j'exige, qu'ils mangent des choses que je refusais à leur âge et que, parfois, je continue à refuser. Je ne suis pas toujours crédible et
ils ne se privent pas de me le faire remarquer...

labelette 21/06/2013 19:53



Comment t'en sors-tu alors? 



Jeanne qui connaît Stéphane 12/06/2013 09:50


- Est-ce que, plus jeune, vous détestiez des aliments que plus tard, à force d'intelligence et de
dépassement individuel, vous avez fini par apprécier?


Oui, faut donner un exemple? le miel. 


- Si vous vous rendez compte que vous aimez un aliment que vous aviez toujours cru haïr, décidez-vous de l'intégrer à vos goûts ou persistez-vous bêtement? 


Je ne persiste jamais bêtement. 


- Vous êtes invité à dîner, vos hôtes ont clairement exprimé le fait qu'ils s'étaient donné énormément de mal pour vous et pourtant... Vous remarquez que vous n'aimez pas particulièrement
plus de 90 % de ce qu'ils ont préparé. Que faites-vous? Vous mangez quand même, le maximum de choses, parce que vous êtes conscient de leurs efforts, ou vous dédaignez l'ensemble et acceptez la
proposition de l'hôtesse de vous faire un plat de coquillettes (sans sauce) (sans fromage) (sans olives) (sans champignons)? 


Je mange, avec le sourire et l'impression de faire plaisir à mon tour. 


- Vous êtes réputé très difficile et vous le revendiquez sans sourciller, avec fierté même. Cela vous autorise-t-il à consommer l'intégralité d'un plat sous prétexte que vous n'aimez pas
le reste (et même si d'autres pourraient eux aussi avoir envie du marbré, ou du foie gras)?


Je ne suis pas difficile et je crois que ma maman m'a expliqué qu'il faut en laisser aux autres. Donc non. 


- Quelqu'un vous fait à manger, et propose comme légume quelque chose que vous mangez de temps à autre. Vous mangez avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne
qui s'est fait chier à piocher dans la liste de vos 3 légumes (chips incluses) ou vous triez les carottes, sous prétexte que "c'est pas votre légume préféré"?
Je mange avec plaisir, c'est tout de même hyper gentil de la part de la personne qui s'est fait chier à
piocher dans la liste de mes 49 légumes.

- Est-ce qu'un traumatisme d'enfance (supposé) (sans doute inventé) est destiné à être dépassé un
jour ou genre jamais ?


Dépassons nos traumastismes d'enfance. Qui commence?


- Connaissez-vous quelqu'un qui n'aime jamais rien sur les buffets, ne consomme aucune crudité ou salade, aucune mayonaise-moutarde-cornichon-ketchup-sauce tomate-crème fraîche, ni
fromage, n'aime que la salade de fruits parmi 821 desserts, rejette toute forme de condiment tout en se glorifiant de "je mange des brocolis, je te signale"?


Je connais une personne qui correspond à ce critère, excepté pour les brocolis: ne mange que des féculents (pâtes, patates), de la viande rouge et du gâteau au chocolat (mais peut déclarer que le
mien n'est pas bon...). Je dois préciser que cette personne ne fait pas partie de mes amis? 


- Prendriez-vous beaucoup de plaisir à cuisiner autour des quatre mêmes aliments toute votre vie? 


J'hésite: 4 aliments, c'est pas mal. Ca doit être mon côté japonais qui ressort. 

À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.