Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 Mar

Hôtel multiconcept

Publié par labelette  - Catégories :  #Je m'envole

DSC07044

Voilà, un dernier article, et mes berlineries pourront plier bagage. J'aurais beaucoup aimé vous parler davantage de cette ville que j'ai adorée (au fait, si un Alex lit ce billet, je lui conseille d'emmener rapidos sa femme à Berlin), mais j'ai bien compris qu'il ne fallait pas abuser de votre ouverture culturelle. 

Pour achever ma "trilogie berlinoise", je dois vous raconter mon expérience à l'hôtel Casa Camper. Car ce que vous ne savez pas, c'est qu'en plus d'être spécialiste des brunchs, j'ai une connaissance très pointue des hôtels (à l'attention de mon public de consultants: non, je ne ferai pas une typologie des hôtels, je vous le demande une fois pour toutes, AI-JE UNE PLUME A FAIRE DES TYPOLOGIES?).

Conçu par la célèbre marque de chaussures espagnoles Camper, l'hôtel Casa Camper se présente comme un "ABRI URBAIN" au concept "ECOLO-VISIONNAIRE".

Abri urbain: euh, c'est fini la Guerre Froide (je viens de vérifier sur Wikipédia)

Ecolo-visionnaire: waouh, il y aurait donc un lien entre écologie et générations futures?

Ce qui a piqué ma curiosité déjà très piquante, c'est que ce concept se mêlait à une multitude d'autres parti pris originaux.

J'ai donc voulu juger sur pièces ce qu'était un endroit qui prétend prendre l’exact contre-pied des standards en cours dans l’hôtellerie, qui "fourmille d'idées ingénieuses et innovantes" et propose "un design créatif et des détails soignés".

Je laisse planer un doute sur ce qui m'a le plus motivée entre le concept écolo et le design créatif.

Sur le descriptif, je lis: "L’entrée se confond avec la rue par une mise en scène iconoclaste : on comprend d’emblée que l’on va vivre une expérience inédite." Je vois, et je retranscris: hall d'accueil merdique. 

Dans l'hôtel, des messages illustrent les valeurs de la marque Camper. Sous le plan d'évacuation en cas d'incendie, on trouve un texte soi-disant manuscrit peint sur le mur "Ugly, but important". Comprendre: d'un point de vue esthétique, un plan d'évacuation n'est pas ce qui se fait de plus abouti, mais nous, on vous ramène à l'essentiel. Certes.

La chambre: d'autant plus spacieuse qu'elle intègre la salle de bains sans séparation entre les deux (juste un rideau coulissant, parce qu'il y a peut-être des gens qui auraient l'idée bizarre de considérer leur salle de bains comme un lieu intime).  

Petit aparté concernant ce nouveau principe de continuité de l'espace. L'idée? La cuisine est ouverte sur la salle à manger (resto bobo). La salle de bains est ouverte sur la chambre (appartement bobo). Le hall de réception de l'hôtel est ouvert sur la rue (hôtel bobo). Tout ouvre désormais sur tout, c'est cela la nouvelle civilisation. Un décloisonnement qui invite à réfléchir sur ce qui a conduit le monde jusqu'ici et à se poser une question centrale: POURQUOI DES PORTES? Cela ne serait pas plus simple si nous vivions tous dans la même salle de bains? Si nous cuisinions tous dans le salon du voisin? Les bobos, ce sont eux les vrais révolutionnaires.

Mais revenons à notre chambre. Murs couleur brique mat, et puis du blanc, du gris, du bois clair. Beaux matériaux, lignes épurées, décor minimaliste. Une très bonne idée (pour nous) avec une barre courant le long du mur munie de crochets pour y suspendre tout ce qu'on veut. 

Dans la salle de bains baignée par la lumière naturelle, une mauvaise surprise avec l'absence de baignoire (j'allais appeler la réception quand j'ai réalisé qu'une baignoire c'était pas très écolo), vite compensée par une douche de 10 m2 (avec là aussi des flèches très précises et pratiques sur le mur: eau chaude, eau froide, petit jet, grand jet), des peignoirs, et des chaussons Campers (une nana les a mis pour aller petit déjeuner, elle avait l'air écolo, mais con). Comme on est en mode "pas de gâchis, pas de déchets", on n'a pas eu droit à des échantillons de gel douche, shampoing etc. Dommage, car les produits étaient top, mais ça aurait vraiment fait trop gros dans le sac.

Quand mon marido est sorti de la douche, la salle de bains était à marée haute (mais c'était pas de sa faute, une mauvaise inclinaison du sol). Une piscine avec des vêtements en perdition dessus. J'ai adoré passer une heure avec le séchoir sur son jean (Lui: "mais tu ne m'en avais pas mis un autre dans la valise?).

J'avais oublié, il y a un autre détail qui m'a attirée dans cet abri urbain. "L'espace Tentempié, d'où les vues sur la ville sont magnifiques, sert des snacks frais et des boissons 24 h/24. Pas d'horaires, pas de factures ; tout est totalement gratuit pour les hôtes de Casa Camper." A peine les bagages posés, nous montons donc voir ce all inclusive made in abri ecolo-visionnaire. Petites tables de 2, grandes baies vitrées avec vue sur Berlin, espace lounge avec gros fauteuils vintage, deux ordinateurs dotés d'un accès internet gratuit et corner apéro avec des tables hautes. Le buffet (l'essentiel, on n'est pas là à l'hôtel pour dormir): dans des petits bocaux en verre, des salades régulièrement renouvelées, fruits frais prédécoupés, soupe du jour... Différentes sortes de pain, de thés et tisanes, boissons, sandwiches... Tout à disposition, ainsi que des desserts (brownies, financiers, tarte au pommes...). Les verrines étant très petites et végétariennes, j'en prends une dizaine (c'est light quand c'est végétarien non?), tandis que mon mari parvient à trouver des chips (c'est pas des légumes?). Ici, on comprend ce que bien manger veut dire: peu, sain et si c'est sucré, ok, mais en très très petite quantité. Exactement comme je mange d'habitude, donc pas de déphasage.

Quand on descend, le ventre plein de verrines, on a le choix entre deux portes:

- l'ascenseur

- une porte blanche avec un nouveau message: "Walk down, it's healthier".

On prend l'ascenseur.

Energie solaire, recyclage des déchets... L'hôtel oeuvre pour la préservation de l'environnement, pendant que nous, on boit du Champagne (on nous en a offert dans la chambre, mais on ne saura jamais si c'était par erreur ou si ça fait partie du package) et on mange des verrines.

Le patron de la marque Camper explique : « Pour nous, le luxe authentique réside dans la simplicité, la discrétion, le fait d’avoir une vie saine et une relation à l’environnement respectueuse et humaine ». Cela tombe bien, nous aussi on adore les services exclusifs.

Simplicité, écologie et humanisme, un luxe qui a un prix.

Hôtel Casa Camper, 210 euros la nuit.

DSC07031.JPG

 la table de chevet 

DSC07034.jpg

un cintre et un papier

DSC07035.JPG

la chambre-salle de bains

DSC07046.JPG

Petit buffet simple et discret


Commenter cet article

Pupu 27/03/2011 16:34



Bien vu, le coup de la cuisine qui ouvre sur le salon et de la salle de bain qui ouvre sur la chambre... (ne parlons pas de la "suite parentale", encore plus bobo, je trouve)



Les amis de la Belette 23/03/2011 21:18



Bobo : c'est pas joli joli.



emilie 23/03/2011 14:49



Je dois avouer que j'ai éprouvé une sorte de fierté quand j'ai constaté que mon cher mari était nommé dans ton blog. N'est-ce pas un signe qu'il est en train de devenir un incoutournable de la
toile (ton blog, pas mon mari)? C'est simple, je lis beaucoup moins celui de Garance doré depuis qu'il existe.


Sinon, pour la bouteille de champagne : une erreur? Enfin, Marjo, on te connait quand même! tu leur a encore fait le coup de l'anniversaire de mariage! Morale de l'histoire : quand on est une
petite maline avec une belle plume, on arrive toujoursq à ses fins! 



labelette 23/03/2011 19:35



Tu lis beaucoup moins le blog de Garance Doré depuis que le mien existe. C'est le plus beau compliment qu'on m'ait jamais fait. Merci!!!!!!!!!!!!!!


Milou, oui, bon, je suis démasquée, j'ai un peu dit que c'était notre anniv de mariage. Résultat : du Champagne. T'es trop forte. Je ferai peut être un billet pour livrer toutes mes astuces
hôtelières... 



Mathilde 23/03/2011 10:17



Quand on a les pieds bien installés on ne peut pas vraiment mentir... (ceci étant ce ne serait pas le cas des miens, de pieds, dans ce type de chaussons, donc gnark gnark gnark non j'en veux pas
- merci beaucoup quand même :)



Mathilde 23/03/2011 09:57



Revenons à l'essentiel : qu'as-tu sincèrement (pas d'imposture !) pensé des chaussons ?



labelette 23/03/2011 10:09



Tu me demandes de ne pas être un imposteur? Mais c'est ancré en moi! Je sens que t'as envie que je t'offre ces chaussons... Allez, disons que j'ai été un peu sévère avec eux!



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.