Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 Jul

Il paraît que les bruncheurs sont des cons...

Publié par labelette  - Catégories :  #MANGER - MANGER - MANGER

LA CHRONIQUE DU CHAMPIGNON HORS SAISON 

DSC07441

Une lectrice à laquelle mon brunchisme n'a pas échappé m'a transmis ce week end un billet très subtil et mesuré sur le sujet, intitulé "Hé le brunch, va te faire foutre".

L'auteur bosse manifestement dans la restauration et pousse un gros coup de gueule contre les restaurateurs qui proposent des brunchs à Paris et "les nazes avec leur air à moitié endormi" qui se ruent dessus.

Sur plusieurs points, je rejoins la rédactrice. Elle a raison de dire qu'un "cafe latte" et des oeufs pochés ne règleront pas tous nos problèmes, contrairement à ce qu'on peut penser (c'est vrai, on croit tous ça, alors qu'un oeuf poché n'a jamais rien réglé, jamais).

J'imagine également que ce ne doit pas être le meilleur moment de la vie d'un cuisinier d'envoyer des omelettes à la chaîne ("ça fait VRAIMENT chier" nous précise-t-on) (et j'en suis sûre, moi-même j'ai remarqué un phénomène de saturation avec l'abus d'oeufs).

Julia nous explique aussi qu'elle est saoulée par les regards insistants de ceux qui insinuent qu'elle a oublié de leur pondre leur dû de fruits et yaourts nature (moi je ne suis pas de ces bruncheurs-là, parce qu'au stade des fruits et yaourts nature, j'ai généralement tellement mangé que je ne peux plus supporter que des cookies ou des fondants au chocolat).

Et puis, je ne peux qu'être d'accord sur le fait que certains restaurateurs se foutent royalement de la gueule de leurs clients en leur servant de la merde, juste parce qu'ils tirent profit de la brunchite parisienne.

Enfin, ce n'est pas idiot de se sentir agacé parce qu'on vient de se faire grave entuber en surpayant un repas sans intérêt (c'est vrai quoi, on préfère payer pour quelque chose et pas pour rien, c'est vachement vachement vrai, ça). 

Pour le reste...

"Le brunch est une colossale perte de temps et d'argent". Merde, putain, dire que je fais ça sans arrêt sans que personne ne me dise jamais rien. Toutes ces heures perdues bêtement à discuter avec une amie, tout cet argent que j'aurais pu mettre dans de la vraie nourriture reconnue comme telle par les non-bruncheurs, franchement, c'est lamentable (quand je pense à ces confitures maison, ces scones tout juste sortis du four, ces ribambelles de petits plats qu'on a parfois repris, repris et repris... j'en frémis de honte).

 "Le brunch est un attrape-couillons" : je suis un champignon hors saison, et un énorme couillon. Quand même, ça fout les boules.

"Que peut-on trouver d'hallucinant chez de simples oeufs Bénédicte? Mais vous vous en foutez, n'est-ce pas les bruncheurs? : nan Madame, je vous jure que je ne m'en fous pas, en plus je ne prends jamais les oeufs Bénédicte, c'est bien Madame?

"Je pourrais vous servir n'importe quoi pourvu que le nom soit mignon et qu'il y ait quelques légumes surgelés à côté (surgelés, en outre). Ca me tue." Madame, maintenant que je sais que ça vous tue, je vais essayer de résister aux plats avec des noms mignons... Cela risque d'être très dur, surtout si je vois qu'il y a des légumes surgelés, parce que je ferais des kilomètres pour avoir ne serait-ce qu'une bonne rondelle de courgette surgelée (et si elle est dégouline d'huile périmée, humm, ça me donne faim là!).

"C'est votre vengeance sur les boulots de merde que vous haïssez. Ce sont les vacances en famille qui tournent mal. C'est le stratagème bien connu du capitalisme qui consiste à monter les classes populaires les unes contre les autres - l'occasion pour les prolos de se dénigrer eux-mêmes le temps d'un week end. " : mais c'est valable aussi si on prend du thé? Et si on supprime les omelettes, on est quand même l'une des pires conséquences du capitalisme? Putain, les croissants, les tartes salées, tout ça, c'est fini, quelle horreur. Je ne veux plus que quiconque pense que j'ai la haine pour mon boulot de merde juste parce que j'ai brunché.

"Un brunch ne vous servira à rien, surtout pas à aller mieux". Mais est-ce que vous avez réalisé une étude pour savoir si un apéritif est plus profitable? Si on se sent mieux après un goûter? Quelles sont les options qui s'offrent à moi si je veux aller mieux après un repas?

"Vous pourrez rencontrer un type fou à lier qui essaiera de vous voler votre âme en vous forçant à bouffer une omelette norvégienne" : je n'en ai jamais croisé, vous voyez Madame, je suis pas si couillonne, hein!

"Pour tous ces gens, c'est apparemment une question de VIE OU DE MORT de pouvoir être assis dès la seconde où ils arrivent dans leur costume cintré, avec leurs grosses lunettes, et alors qu'ils dégagent une odeur fétide de frustration monogame" : petit couplet anti-bobo ultra-facile et je conçois qu'une armada de Kooples-friendly king-sizés de la lunette ne pouvant supporter d'attendre quelques secondes puisse exaspérer les serveurs.

"Ce n'est pas de votre faute, les bruncheurs, si j'ai autant de mépris pour votre vision du monde. Je vise plutôt ceux qui vous ont fait aimer ce mode de vie." : merci, je suis flattée, parce que ce matin, en me levant, je pensais être du genre à n'avoir aucune vision du monde, alors qu'en fait, non seulement j'en ai une, mais en plus, je l'exprime à travers mes actes les plus anodins! Je suis vraiment exceptionnelle. Et puis, j'adore l'idée que le moindre entubeur de bas étage puisse me retourner comme un pancake pré-cuit (et suintant l'huile périmée).

"A part au Ritz et dans d'autres hôtels dans lesquels vous n'irez jamais, le brunch est une putain de grosse arnaque". C'est vrai ça, à Paris l'offre est si limitée qu'il n'y a aucune alternative entre le Ritz et des restaurants de merde-fouteurs de gueule. ET puis, les bruncheurs ne sont même pas capables de faire la différence, alors...

" Tous ces nazes essaient de passer un meilleur week end que les autres. Allez tous vous faire foutre". D'accord, je vais me faire foutre, mais je signale que j'essayais juste de passer un bon week end, si j'avais su qu'en fait je voulais juste montrer ma supériorité, j'aurais réfléchi à deux fois (j'ai une personnalité dramatique, c'est clair là). 

Et pour conclure...

 "Si vous avez vraiment envie de vous faire un bon plan sain le dimanche, restez un peu plus longtemps au lit, attendez midi, et allez plutôt dans un vrai restaurant qui sert de la nourriture pour adultes, pas dans un bouge qui vous fera payer bien trop cher l'illusion d'être dans une sitcom pétée ou pire, de vivre la vie d'une blogueuse mode.".

Merci Madame Julia, merci mille fois, vous me redonnez le sens des vraies valeurs, le goût de ce qui est sain, de ce qui est bien, de ce qui est le droit chemin dominical.

NON JE NE VEUX PAS VIVRE LA VIE D'UNE BLOGUEUSE MODE (quoique). Ce n'est pas la vie qu'il faut vouloir vivre. 

Comme tous les bruncheurs, je suis bobo, je mange de la merde, je perds mon temps, mon argent à faire des choses qui n'ont aucun sens.

Mais moi au moins, j'arrive en avance. Ainsi, je n'exaspère jamais les serveurs avec mon petit pantalon The Kooples et je ne fais jamais la queue en râlant comme tous les autres péquenauds de mon espèce. 

En tout cas, ce qui est sûr, c'est que dimanche, QUAND J'IRAI BRUNCHER, je mettrai une tonne de parfum pour masquer mon odeur fétide de frustrée monogame. 


 

 

Commenter cet article

Jeanne 19/07/2012 16:50


Nous avons en Julia une nouvelle amie, au moins une source d'inspiration...

labelette 23/07/2012 17:14



Indéniablement, nous compterons désormais avec Julia. 



MelleBonPlan 18/07/2012 10:23


Ahah. Moi aussi je dois avouer ma culpabilité de bruncheuse et j'avoue que ton article m'a bien éclairé face à mon misérabilisme.


Et puis il m'a bien fait rire surtout :) J'y penserais dimanche quand je dilapiderais ma maigre fortune.

labelette 19/07/2012 11:27



Julia donne une nouvelle dimension au brunch...



Kimie (de Mots et Emaux) 16/07/2012 22:52


Heureusement qu'il y a des gens bien intentionnés qui nous éclairent de leur science ! Je sens une légère lueur d'intelligence poindre à l'heure de mon coucher...

Kimie (de Mots et Emaux) 16/07/2012 22:50


Je pense que ça doit être une sorte de vice de ma part, je vois rien d'autre comme explication à mon envie omelettesque !

labelette 16/07/2012 22:51



C'est terrifiant le nombre de vices que l'on a et qu'on ignore!



Kimie (de Mots et Emaux) 16/07/2012 22:35


Si tu pouvais éviter le parfum, ça m'arrangerait, parce que si jamais on est voisine de table, ton odeur risque de me masquer le doux fumet de mon omelette aux champignons ! ;-)

labelette 16/07/2012 22:47



Attends, comment oses-tu prendre une omelette après ce que nous a dit Julia?!!!



Tsar Ine 16/07/2012 22:23


Ouf, je suis rassurée... Vice n'aime pas les bruncheurs et prefère les adolescentes porn stars. L honneur est sauf.

labelette 16/07/2012 22:40



Ah ouf, je ne savais pas, et ça me rassure aussi du coup...



Mikl 16/07/2012 14:59


Je dois avoir sacrément mauvais esprit, because l'article en question m'a réjouie. Ses formules d'une méchanceté atrabilaire, trop rare pour pas être un poil surjouée, sonnent diablement (c'est
le cas de le dire) juste. Allez, soyons fair-play, on est un peu comme elle le dit, non?... Ceci dit, DB, si cela doit me fâcher avec vous, je suis prête à dire que je la hais, que la relève de
Tatie Danielle est assurée et même à lui tirer des coups de Louboutin dans ses mollets de pimbêche.  (Mais quand même :  "Ces gens qui veulent offrir à leurs mioches de 2 ans une « vraie expérience de restaurant » en les laissant courir comme des fous sous des
tasses de café brûlant".  ou " servez-vous de vos petites mains et n'allez pas claquer votre budget bière de la
semaine dans deux tranches de pain rassis") 


( "claquer votre budget bière".  J'adore!  j'ai honte mais j'adore!)


Sinon, vous voulez pas signer la paix des braves et vous asseoir toutes les deux à la table des négo? En face d'un
brunch... 

labelette 16/07/2012 22:54



Certes, les formules claquent bien, j'en conviens largement, et je suis d'accord sur pas mal de points. Pour le reste, vous me décevez, là, je vous voyez plus... Enfin, moins... 



Alphonsine 16/07/2012 14:12


Merci la Belette ! Mes enfants sont tous casés, et pour fêter cet événement qui a eu un antécédant voilà 20 années (lorsque je n'avais pas encore d'enfant), j'avais dans l'idée d'aller bruncher.
Bon, je n'ai plus envie de bruncher à la lecture de l'article de cette personne vulgaire et passionnément inintéressante. Heureusement que ton article est venu à point nommé pour me freiner... A
quoi j'échappe...

labelette 16/07/2012 22:39



Bravo pour tes enfants, mais il faut vraiment que tu évites d'aller bruncher, regarde ce que je suis devenue..



Fabignou 16/07/2012 13:46


Et y'a pas moyen de savoir dans quel restau elle officie, la madame pas contente ? Parce que perso, j'aimerais bien éviter de me prendre une avalanche d'omelettes (norvégiennes ou autres) sur la
tronche, dimanche prochain !

labelette 16/07/2012 22:38



Ouais, j'avoue que j'aimerais bien savoir aussi... ça m'a vraiment donné envie, les serveurs ont vraiment l'air gracieux, et la cuisine au top avec ses oeufs et ses légumes surgelés. 



Schtroumpfette a tout pigé 16/07/2012 13:34


On commente le billet commenté par le présent : fine connaisseuse, manifestement, de l'esprit de contradiction rebelle du Parisien qui a une réputation à tenir en la matière, la cuisinière
réussit à se défouler tout en provoquant (eu égard à l'esprit évoqué ci-dessus) ses clients au portefeuille assoupli à accroître leur fréquentation des brunchs, qui plus est sans envisager
désormais de se plaindre d'un service approximatif voire mauvais, ou d'une bouffe pâteuse voire plastifiée et sans imagination ni variation. Grandiose. 

labelette 16/07/2012 22:33



Fine analyse!



Stiop 16/07/2012 10:57


Bon OK, Julia a un point de vue outré et exagéré. Ce qui est plus grave, c'est qu'elle a un style de chiottes et qu'elle devrait davantage travailler sa syntaxe avant de se hasarder à dézinguer
par écrit une catégorie de personnes. Allez Julia, on s'entraîne : sujet-verbe-complément : pas compliment moi te faire. Dernier point : on ne s'attaque pas à La Belette.

labelette 16/07/2012 11:30



Je pense que pour elle, je suis ce qui se fait de pire sur Terre. 



Milky 16/07/2012 10:01


Quelque chose me dit que le problème de cette dame dépasse le cadre somme toute limité du brunch... Mais ce n'est qu'une intuition.

labelette 16/07/2012 11:29



Curieux, j'ai cette même intuition. 



lau 16/07/2012 09:54


et bien moi ça me rend heureuse avant-pendant et après d'aller bruncher !!!!!

labelette 16/07/2012 11:29



Je ne te félicite pas. 



Pupuadorelesbrunches 16/07/2012 09:46


Ouh la la, elle va pas bien, la dame, faut lui donner son cachet...

labelette 16/07/2012 11:29



Elle a été virée pour surmenage (trop d'omelettes...). 



Schtroumpf G. au G. 16/07/2012 09:40


Il y a de la frustration en cuisine (un commerçant qui se plaint d'un client qui paie cher, c'est drôlement suspect... Problème de retombées ?) Pourquoi servir du surgelé, si on sait mieux faire
?

labelette 16/07/2012 11:28



Très juste, Schtroumpf intello. 



Arsinoe la Crapaude 16/07/2012 09:31


Ouh la la, comme elle est aigrie, la Madame ! C'est dommage, elle a pas dû avoir son feu d'artifesses du 14 juillet...


Et comment ça, mais qu'apprends-je ??? Tu ne veux pas vivre la vie d'une bloguesues mode ??? Mais c'est inadmissible !!! On sait bien que dès qu'on ouvre un blog, on rêve de faire des photos
floues les pieds en dedans !!!


(bon, je caricature, hein, y'a des blogs mode 'hachement bien...)


N'empêche, arrête donc de phagocyter des poussins en devenir, toi, et va te repaitre dans un VRAI restau de carcasses d'animaux morts, veux-tu ?


(et j'adore les tripes, perso ^^)

labelette 16/07/2012 11:27



Si, je rêve d'être une blogueuse mode influente, mais Julia dit qu'il ne faut pas rêver de ça... Un restau de carcasses d'animaux morts? Je suis sûre qu'elle va adorer l'idée!



Stelda 16/07/2012 01:14


Ma pauv' Belette, aucun parfum ne masquera l'odeur fétide du monogame ! Charmant, ce billet. J'ai lu la version intégrale, ça m'en aurait coupé l'appétit si ç'avait été l'heure de bruncher. M'en
fous, pour mon prochain (et premier) brunch, j'irai au Royal Monceau ou au Musée Jacquemart André. Tu me conseilles lequel ?


signé la blogueuse mode qui n'a jamais brunché.

labelette 16/07/2012 11:26



Stelda, tu as encore la possibilité d'éviter le cumul ultime blogueuse mode + bruncheuse... Stp tu ne dois pas bruncher! (ou alors, au Royal Monceau, mais bon, ce sera une énorme perte de temps,
et d'argent). 



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.