Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 Jun

J'ai testé le resto de Jean Imbert

Publié par labelette  - Catégories :  #MANGER - MANGER - MANGER

 

DSC00042.JPG

Oui, mais c'est qui, Jean Imbert? 

Le gagnant de Top Chef 2012 (une émission de télé qui ne consacre pas les amateurs de cuisine mais les professionnels) (je décris parce que je sais que certains lecteurs n'ont pas la télé)(ils préfèrent lire Closer). 

Apprenant que Jean Imbert avait déjà son propre restaurant, qui plus est à Paris, qui plus est accessible en métro de chez moi, motivée par l'envie d'un ami de s'y rendre, j'ai considéré qu'il était de mon devoir de réserver fissa pour voir c'est comment en vrai (après les majuscules, les caractères barrés, puis le gras, nous célébrons aujourd'hui l'arrivée de l'italique dans mon blog) (c'est pour me préparer avant la fête de l'école).

Au téléphone, un type un peu vaseux qui semblait faire 3 trucs en même temps a pris ma réservation il y a plus d'un mois (on gagne Top Chef, et on devient The place to be, je ne comprends pas pourquoi tout le monde ne fait pas ça). 

Nous (oui, parce que j'étais avec mon marido et un couple d'amis) nous retrouvons dans un coin chic et plutôt tranquille du XVIè. Face à nous, en angle, l'Acajou (c'est le nom du resto).

18-avril-0287.jpg

Euh, c'est une crêperie? (bon, perso, la déco extérieure ne m'a pas trop parlé) (mais la terrasse arborée pouvait avoir quelque attrait).

La serveuse nous demande si on préfère une table en terrasse ou dans le salon blanc. Ben, eu égard au petit frisquet ambiant, et à mon angine naissante, nous optons pour le salon blanc. 

Pour y parvenir, nous traversons une salle étroite, très en longueur, hyper optimisée (1 siège/cm2), au centre de laquelle trône une longue table d'hôtes de 6 mètres sur laquelle on est bien contents de ne pas prendre place (si j'étais venue seule, why not, j'aurais pu discuter avec mes voisins et goûter leurs coudes). 

18-avril-0297.jpg

A gauche en entrant, un bar ouvert qui claque avec ses lumières, ilôt survitaminé au milieu d'une salle noire de chez noire, décorée par un certain Desprez, mais je ne peux pas dire si c'était bien, je ne voyais rien. 

Nous arrivons (assez rapidement, c'est petit) dans le "salon blanc". Hahaha. Dans cette piécette peinte en blanc, (il faudra leur expliquer la notion de salon), 2 tables, la nôtre hyper pas pratique et une autre avec une bande de jeunes très XVIè tout émoustillés d'être là (gloussements et pâmoison hystérique des filles ayant croisé Juan, un autre candidat de Top Chef oeuvrant désormais dans la cuisine de Jean).   

Au service pour tout le resto, 2 nanas, sans doute des copines de la petite soeur de Jean (putain j'ai personne en salle ce soir, tu veux pas dire à tes copines de venir, n'importe lesquelles, je les paierai). 

Une des serveuses amène la carte (une carte, vraiment, 15 cm/15 cm, ya cinq mots et rien à tourner, ça c'est du confort de lecture).

DSC00044.jpg

Elle explique que c'est un menu surprise, mais qu'elle peut en dire plus s'il y a des relouds si on le désire vraiment. Justement, il se trouve que nous avons un reloud à table (quelqu'un qui aurait les mêmes enfants que moi), alors elle détaille ce qui se cache derrière les intitulés minimalistes (mon marido n'écoute pas et se retrouve avec un lieu au lieu d'un tajine qu'il pensait d'agneau... C'est très drôle). 

Ici, c'est conceptuel, donc on ne choisit pas vraiment. 

Moi (96 ans demain) : Qu'est-ce qu'elle dit la dame? 

Notre ami E. : Qu'il faut dire "terre" ou "mer" pour les entrées, puis choisir deux plats et les deux desserts sont imposés.

Bref, je vous épargne le récit sur-détaillé (impossible de prendre des photos correctes en raison de l'ambiance "feutrée") (éclairage à revoir) (tu peux mettre la bougie au-dessus de mon plat sans faire tomber de cire pour que je puisse prendre une photo? Non, ça rend rien, on dirait du vomis).

3 entrées arrivent (je croyais qu'il s'agissait d'amuse-bouche, mais non), de la seiche-coriandre-asperge (à tomber), un genre d'émulsion de bouillabaisse (hyper salé) et un tourteau-granny smith qui s'est avéré frais et sympathique, mais aurait pu être moins fade. 

En plat, plusieurs ont pris le carpaccio de langoustine dont j'avais entendu grand bien. Mais c'était surblindé en citron-caviar (l'agrume rare a la mode, goût de citron et notes de pamplemousse), du coup cela vampirisait le goût de la langoustine, et puis trop d'huile d'olive... Bref, bof. Manquait de pep's. 

Puis, lieu jaune en tajine, légumes de saison et polenta. Bon, pas assez péchu non plus. 

Jean expliquait sur Top Chef qu'il n'était pas très sucré. En effet, les desserts ne sont pas son point fort. 

On reste dans le classique, avec un peu de touche perso pour (tenter de ) démontrer une inventivité. 

Vacherin sorbet fraise, glace au thym (je pense qu'il y avait l'équivalent de 15 fourrés dans ma glace), gros morceaux de sablés maison, petits bouts de meringue et monticule de (bonne) chantilly. Hyper fort en thym et mélange de textures très désagréable (croquer du sablé en même temps que de la meringue et un sorbet trop glacé... pas mon truc). 

L'autre dessert, une ganache croustillante au chocolat pralinisant (pas mauvais, mais croustillant mal réparti), dans un petit bain à la pistache (chocolat-pistache, très original...), avec 3 cerises incrustées (et désincrustées puis jetées par mes soins) (autant manger des Mon-Chéri pendant qu'on y est). 

Bilan : une expérience inédite et plutôt marrante au final, beaucoup de trucs à revoir mais tout de même des efforts, de bons produits et quelques petites touches intéressantes, pour un menu-dégustation à 60 € qui reste raisonnable pour la capitale. 

Après, il faut aimer le côté "Et si on jouait au grand restaurant ce soir? ", le fait d'être très mal assis, et les sets de table en plastique ambiance cafet de musée d'art moderne. Il faut aussi aimer manger accompagné d'un certain nombre de décibels, les yeux dans une grande photo de Newton représentant des mannequins nues (très agréable quand on a des doutes sur le fait de reprendre une 8è fois du pain et du beurre) et le service très "vert"...

18-avril-0289.jpg

Bref, une excellente soirée, pas inoubliable d'un point de vue gastronomique, mais j'ai bien envie d'encourager Jean moi aussi (c'est mon côté Jean-François Piège). 

Commenter cet article

Pupuaimejeanimbert 26/06/2012 18:24


Alors moi j'ai grave envie de tester son resto, c'était mon chouchou dans Top Chef. En revanche, je relève deux énormes fautes de goût : 1) en effet la devanture top moche (avec le panneau sens
interdit, en plus, bonjour...) et 2) en effet la photo avec les nanas à poil qui ne te donnent top pas envie de manger du gras et du sucré (il est fou, c'est vraiment une incitation à ne prendre
qu'une petite salade avec un verre d'eau...).

labelette 27/06/2012 12:34



Je crois qu'il y a d'autres trucs à tester avant...



chocoladdict 25/06/2012 22:03


j'ai ouï dire que le Jean en question était assez imbuvable et qu'il avait augmenté tous ses prix dès qu'il a gagné..rien que pour ça j'ai pas envie d'y aller mais sinon ton billet m'a bien fait
rire )

labelette 26/06/2012 11:19



J'avais les mêmes doutes que toi, alors j'ai mené une enquête poussée sur ces deux points avant d'y aller et il s'avère que :


1) en fait Jean est plutôt très sympa et n'a pas l'arrogance que l'émission lui a "attribuée"


2) les prix avaient été augmentés quelques jours avant la finale, car il s'agissait d'une nouvelle carte avec des produits plus chers (en particulier des plats proposés dans l'émission)



Jean Imbert 25/06/2012 18:15


Merci pour ce commentaire. On n'a jamais autant cité mon nom. 

labelette 26/06/2012 11:25



Jean Imbert? Pourtant c'est facile à dire. 



Jimidi 25/06/2012 10:52


Jean Imbert ? Ah oui, tiens, Jean Imbert. Mais à propos de Jean Imbert, je me demande si le fait de citer son nom - Jean Imbert, donc - mais dans les commentaire, entretient également l'euphorie
statistique ? 


Signé : Jean Imbert. Naaaan, je déconne. Je ne suis pas Jean Imbert. Jean Imbert, c'est l'autre. 


(Sinon, j'ai bien connu un Jean Imbert, en sixième, mais je me demande si c'était ce Jean Imbert là, ou un autre Jean Imbert ?)

labelette 26/06/2012 11:29



Bon, l'expérience fut beaucoup moins fructueuse qu'avec la gagnante de l'an dernier, Stéphanie Le Guellec. Là, je pense que la victoire est encore trop proche (du coup il y a trop d'articles et
le mien se... noie). Je vous reparlerai de Jean Imbert dans quelques mois, et on verra qui gagne entre Stéphanie Le Guellec et Jean Imbert. Sans doute Stéphanie Le Guellec. 



Alphonsine 23/06/2012 21:43


Je n'ai pas la télé, je ne lis pas Closer, mais je lis le blog de la belette, et je sais alors tout ce qu'il faut savoir ! Par exemple, que pour faire régime, il faut mettre la photo des
mannequins devant soi au moment de se servir...

labelette 24/06/2012 21:08



Ravie de faire office de télé + de Closer!



Jeanne qui connaît Stéphane 22/06/2012 22:02


Bravo d'avoir honoré ta promesse. Et merci de te sacrifier ainsi pour tes lecteurs (reconnaissants et fidèles, rappelons-le). 

labelette 24/06/2012 21:09



Merci à toi de te sacrifier en continuant à venir malgré tout. 



LaNe 22/06/2012 15:35


Si tu veux un BON resto original et à un prix correct - et être surorise - réserve chez Septime dans le 11e - ok c'est à l'autre bout de Paris, mais ça vaut vraiment le coup ! 


45€ le menu dégustation pour info, c'est calme et la déco est tout sauf agressive. Voilà. 

labelette 22/06/2012 15:46



J'ai une résa là-bas pour dans 3 semaines, et c'est plus près de chez moi... On m'en a dit, comme toi, beaucoup de bien!



antoine 22/06/2012 15:26

Je ne sais plus quoi penser de ton utilisation du mot "frais"...

labelette 22/06/2012 15:47



Ce n'est pas moi qui utilise mal le mot frais...


Là, c'est frais. Dans le sens "frais". Tu vois? 



TruUffe 22/06/2012 14:53


mouais... me donne pas trop envie cette histoire ! Pour ce prix là je retournerai plutôt au Petit Bain.

labelette 22/06/2012 15:48



Le Petit Bain, ma qu'est-ce que c'est? 



Les Amis de la Belette 22/06/2012 14:50


Est-ce que c'est comme Nouvelle Star les cuistots de Top Chef ? Ils montent un restau comme ils sortiraient un album et puis, au bout d'un an... ? Heu, c'était qui Jean Imbert ? Un pote à Myriam
Abel ?

labelette 22/06/2012 15:49



Non, les cuistots, la cuisine c'est un monde à part...


Et Jean Imbert avait déjà un resto avant de gagner!



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.