Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 Sep

L'amour et l'amitié selon...

Publié par labelette  - Catégories :  #Arrête ton baratin

Certaines personnes ont une conception originale de l'amour et de l'amitié.

Là, tout de suite, je pense à quelqu'un en particulier, qui fit jadis partie de notre entourage, et dont j'ai appris récemment une des nouvelles "manifestations d'affection". 

Appelons-le Héros (il s'aime bien).

Héros est au départ un très bon ami de mon marido. Une amitié qui a toujours plus ou moins emprunté les chemins classiques, à savoir "on discute, on s'appelle, on se mail, on est là quand ça va et on est là quand ça va pas". Je dis plus ou moins, parce qu'il y avait quelques soubresauts dus aux tempéraments affirmés des deux amis.

Héros s'aimait énormément, il se trouvait charismatique, talentueux, meneur d'hommes. Il était aussi très pudique, raison pour laquelle il mettait ses amis en copie cachée chaque fois qu'il écrivait un mail (il adorait son style percutant et audacieux). Ainsi, quelques élus recevaient l'intégralité de ses échanges amoureux, ses engueulades diverses et variées (il en avait beaucoup beaucoup), ainsi que les réponses des malheureux (qui avaient toujours tort). 

Héros était un homme mûr, sûr de ses choix et de ses décisions. Il n'avait besoin que de l'approbation de son papa et de sa maman (aussi en copie cachée) et c'était parti, il pouvait dire ce qu'il pensait.

Un beau jour, pour une raison que j'ai oubliée tant elle devait être importante, mon marido reçut un mail apocalyptique. J'intervins alors, pour mettre ma diplomatie légendaire (auprès de moi-même) au service de cette amitié soudain mise en péril, et je conseillais à mon marido d'y "aller mollo" et de dédramatiser (mais pour Héros, dédramatiser c'est lui dire qu'on est une merde). Je proposais même l'humour pour répondre à l'une des attaques (une histoire de ping pong). Mon marido accepta d'y aller en douceur, mais ne se laissa pas faire non plus (non mais). 

En retour, notre Héros préféré, qui ne supportait pas d'être incompris, envoya un truc super super classe, un RECAPITULATIF DE TOUTES SES MARQUES D'AMITIE depuis que mon marido le connaissait (ambiance le 12 juin à 22h, je suis venu te chercher à l'aéroport, un jour je t'ai écouté me raconter tes problèmes pendant au moins 1h, quand tu m'as demandé de prendre des photos je l'ai fait alors que je suis photographe, t'es vraiment super intéressé comme mec...). Et la balle de poing pong, eh bien "ON POUVAIT SE LA FOUTRE AU CUL" (vous avez vu comme ma touche d'humour a fonctionné). Une série de reproches suivait, reproches liés à la situation, mais aussi REPROCHES RETROSPECTIFS (telle fois t'avais fait ça, telle fois t'aurais pas dû faire ci...). Un vrai ami qui bien sûr omettait l'intégralité des marques d'amitié de mon marido. 

Héros changeait très souvent d'avis, d'humeur et de position, sur tous les sujets, mais ses amis, eux, devaient garder un seul cap : abonder en son sens, ce qui n'était pas toujours facile (Tu veux fermer ta boîte? ouais, t'as raison, comme tu es intelligent! Ah, non finalement, tu veux garder ta boîte? Ouais, t'as raison, c'est la meilleure chose à faire. Tu as décidé de faire autre chose? C'est bien de penser comme ça). 

Pour faire passer une idée différente de la sienne (et ne pas se prendre une balle dans le cul), il fallait faire preuve de certaines techniques du genre : "C'est superbe ce que tu as fait, vraiment, un chef d'oeuvre, je trouve cela génial, mais peut-être -c'est un avis personnel - que les gens ne sont pas mûrs pour comprendre ce genre de chose? (ta merde tu peux te la garder)". 

Finalement, les choses rentrèrent dans l'ordre avec mon marido, et l' "amitié" reprit son cours.

Un jour, alors que nous dînions chez lui, j'aperçois une paire de chaussures féminines ostensiblement pas cachées. Je me dis "Tout de même, il n'est pas lourd au point de les mettre là pour qu'on lui pose la question?". Si. A la fin du repas, il s'énerve. Bon, ya des chaussures de nana et ça vous interpelle pas? Vous ne me posez pas la question? (faut dire que c'est pas comme s'il avait tous les jours des pompes de meuf chez lui). 

S'ensuit alors la grande amoureuserie, genre j'envoie tous nos mails pour que vous voyiez bien combien on s'aime, regardez les photos de mon week end avec MA MUSE, c'est le bonheur on s'aime lalallalallalala. 

Et puis, finalement non (ma meuf a une fille, ça me saoule, et puis elle a dit ci, elle a fait ça...).

Finalement si.

Non, en fait.

Youpi, c'est la femme de ma vie, on se marie, allez voir mon blog, c'est trop super comme on s'aime, on fait l'amour dans les champs de blé, on mange des crêpes en se regardant dans les yeux, sa famille est merveilleuse (ils sont tous les deux de super médecins, ils ont une super maison...). 

FInalement je ne veux plus me marier, ça va pas du tout, ya ci ya ça ya ci ya ça.

ça y est, on a trouvé une autre date, réservez vite!!!!!

Le mariage a lieu (après quelques petits changements et autres reports...).

Il lui dit qu'il l'aime et qu'il veut un bébé. 

Il nous dit que si elle a un bébé il la quitte.

Elle tombe enceinte. Il est si heureux qu'il le dit aussitôt à tout le monde.

Elle ne peut garder le bébé. Elle nous dit que durant ces épreuves, il s'est très mal comporté, absent, égoïste. 

Il nous dit qu'il a vraiment super assuré avec elle, hyper présent, parfait.

Il dit qu'elle ne peut plus avoir de bébé. Elle dit qu'elle peut très bien avoir un autre bébé. 

Elle lui dit "Va voir un psy". 

Non toi va voir un psy.

J'y vais déjà.

Moi j'irai pas, j'en ai pas besoin. 

Si. 

Non. 

A Noël il lui dit on divorce.

Elle comprend pas. Elle insiste, elle pleure, elle est au bout du rouleau.

Il est tout content. En plus, il a trouvé un travail où il donne la pleine mesure de son immense talent, on le demande, on le sollicite partout, tant et si bien qu'il ne peut même pas venir à l'anniv que j'ai organisé pour mon marido (désolé, je ne pourrai venir ce jour-là. Ah, mon marido va être déçu, quelles sont tes dispos pour que je cale une autre date? J'ai vachement de boulot, tu comprends, j'ai pas le temps. Ah, aucun micro-créneau pour être là pour un de tes meilleurs potes, je comprends, t'es un vrai ami.) 

Au téléphone, on écoute sa version à elle. Elle ne voit VRAIMENT PAS comment il en est arrivé là. Nous, on a une petite idée, mais on ne peut pas lui dire écoute, il n'en a rien à foutre de ta gueule, et c'est pas nouveau-nouveau.

Il lui dit plein plein de gentillesses, pour qu'elle comprenne bien qu'il veut plus voir sa gueule.

Elle est triste, on lui suggère de ne pas se rendre malade pour lui (qui n'en a rien à foutre de sa gueule, si vous avez suivi).

Il prend une avocate. Il ne compte pas se laisser faire (???).

On reçoit les mails incendiaires qu'il envoie à son avocate. Il insulte cette dernière. Comment ose-t-elle ne pas lui consacrer tout son temps? Elle ne fait rien comme il faut, et il commence à avoir "de sérieux doutes sur son investissement dans ce dossier". 

Il dit qu'il a toujours tout payé.

Elle dit qu'elle payait tout en dehors des charges.

Il est révolté, mais on ne comprend pas pourquoi.

Mon marido lui dit qu'il n'a peut-être pas la bonne stratégie avec l'avocate, et qu'il ferait mieux de lâcher du lest avec son ex-nana. Il se prend une nouvelle balle dans le cul. Fin de l'histoire d'amitié.

Elle avait rendez-vous pour l'audience de divorce la semaine dernière. Il n'est pas venu (parce qu'il fourbit ses armes, franchement, vous vous rendez compte de tout ce qu'elle a osé lui faire?).

Fin de l'histoire d'amour.

 

 

Commenter cet article

Cerise 17/09/2011 01:20



Bonjour, 


 


Je suis sous le charme de ton blog. J'ai lu quelques articles et vraiment j'aime beaucoup !!


 


Tu as gagné une lectrice fidèle.


 


Bisous, 


 


Cerise


www.monbeaucerisier.com



labelette 17/09/2011 11:07


Merci beaucoup Cerise, tu es la bienvenue! Je suis aussi allée voir ton blog du coup, et suis curieuse de savoir qui sera le prochain citron... Juste une question, comment as-tu atterri ici? Bises,
à très bientôt!


Albane 16/09/2011 11:04



C'est peut-être pas une grande perte, finalement.



labelette 16/09/2011 11:05



C'est sûr qu'on n'en pleure pas le soir!



Marie Mail Tout 16/09/2011 10:30



Une seule remarque me vient à l'esprit : comment le marido a-t-il fiat pour ne pas craquer avant et se débarrasser du Héros plus tôt ??!!


Je ne pensais pas que ça existait des gens qui envoyaient tous leurs mails en copie cachée histoire de se faire mousser. Ou alors, je suis pas trop réveillée et je n'ai pas compris que c'était à
peine romancé !



labelette 16/09/2011 10:35



Tu es parfaitement réveillée, et l'histoire des mails est 100% vraie (le reste aussi, aussi dingue cela puisse paraître). C'est drôle parce que c'est l'un de mes billets les plus plus proches de
la vérité, et celui dont on doute le plus!


Quant à mon marido, il ne s'embarrasse pas des histoires, quand il aime il aime, c'est un Sage!



sand 16/09/2011 08:34



Et beh et beh ! Intéressante amitié, le marido c'est accroché jusqu'au bout du bout tout de même, chapeau !


Ca me rappelle quelqu'un ...



labelette 16/09/2011 09:08



OUi, le marido est un modèle d'ami, n'est-ce pas?



Les Amis de la Belette 15/09/2011 23:29



Déprimant. Fuyez...



chris rotel 15/09/2011 21:29



avec des amis comme ça (et comme dirait l'autre), on n'a pas besoin d'ennemi!...



Mimine 15/09/2011 20:44



Puti y a du dossier là .....



labelette 15/09/2011 20:52



Il y eut!



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.