Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 Jul

La Belette est Marie-Antoinette

Publié par labelette  - Catégories :  #Je m'envole

Ce week end, mon marido et moi avions plus de 24 heures de liberté (Chouquette était gardée par d'aimables bienfaiteurs qu'elle a remerciés avec son unique accident de propreté depuis 6 mois), nous en avons donc profité pour nous extirper de la capitale et nous rendre dans l'ailleurs versaillais.

Ouais. 

Sans voiture, disposant d'un capital horaire somme toute limité, et ayant en outre la possibilité de dormir là où Clémenceau rédigea les conditions du Traité de Versailles, nous avons opté pour une nuit au Trianon Palace. 

Après une folle équipée en train Saint Lazare-Versailles Rive Droite, c'est une pluie torrentielle qui nous a accueillis sur place et nous a accompagnés pendant notre sympathique marche sur boue de 20 mn. 

18-avril 1395

Alors qu'un homme tendait les clés de sa Ferrari au voiturier, deux individus ruisselant, cheveux plaqués et vêtements trempés se sont présentés à la réception. 

Contre toute attente, les deux individus reçurent un véritable accueil de palace, sans regard méprisant ou scepticisme quant à leur réservation. 

Pour justifier notre accoutrement, nous avons expliqué n'avoir trouvé aucun taxi à la gare. Immédiatement, le réceptionniste a saisi son combiné pour que "le house-keeping nous apporte de suite de quoi nous sécher". Il nous a également proposé un rafraîchissement (mon marido s'était déjà servi) : un jus pomme-poire (les fruits préférés de Louis XIV) de ouf, pressé minute. 

Nous avons filé ensuite au restaurant de Gordon Ramsay, double étoilé Michelin.

Il y a toute une polémique sur ce resto, because le chef écossais multi-étoilé Gordon Ramsay est rapidement apparu comme un fantôme dirigeant de très loin ses cuisines, de si loin qu'il a fini par revendre ses parts et n'être plus qu'un consultant, alors qu'il se targuait de pouvoir révolutionner la french cuisine. 

Bref, c'est en fin de compte son fidèle Simone Zanoni qui officie à la conception-réalisation des plats.

Des amis ayant validé le resto, j'ai suivi leur recommandation et nous avons pointé nos fraises humides dans la jolie salle aux larges baies vitrées donnant sur le parc. 

Nous prenons le Menu Déjeuner à 85 euros : je ne dirai jamais assez à tous les amateurs de gastronomie que le repas du midi est l'occasion rêvée de s'offrir des paradis bien moins accessibles le soir (85 euros ça fait 2 Paradis du Fruit : j'espère n'avoir rien à ajouter pour vous convaincre de faire les bons choix).

La partie commence mal. Je demande une description du "Risotto vialone nano au Stracchino, truffe noire, noisettes rôties et roquette sauvage". Le grand con faisant office de serveur me considère avec effarement : "Bah, c'est un risotto..." (il ne sait quoi dire d'autre, je suis demeurée ou quoi?). Il ajoute finalement "Un risotto peut être fait avec différentes sortes de riz, là c'est une sorte, voilà, en plus c'est l'une des plus connues". Il n'est pas au bout de ses peines puisque, non satisfait des choix de desserts, mon marido demande s'ils ont "un dessert de secours". Le mec le prend alors de très très haut (à sa décharge, il est rare qu'un client n'aime ni le chocolat, ni les fromages, ni tout).

Par bonheur, nous n'avons plus eu affaire par la suite au grand con (mon marido remarque d'ailleurs qu'il ne doit pas s'agir du maître d'hôtel puisqu'il fait tout un tas de tâches subalternes ). 

Défilent en alternance "la fille au pain" qui passe les 3 heures à tourner de table en table avec un plateau contenant 3 sortes de pains (bresaola, baguette française et brioche olives-fines herbes : bof), et un serveur chargé de poser les plats en nous les détaillant (si vite qu'heureusement qu'on avait lu le menu avant). Service OK mais pas de haute volée, quoique attentif et agréable. 

Le repas se poursuit avec des points forts et des points faibles (excellente mise en bouche, risotto qui aurait pu être excellent s'il n'avait été vampirisé par les noisettes - que j'ai soigneusement évincées du coup - filet de poisson avec erreur de cuisson - cru à coeur! - mais avec une vinaigrette au basilic bien pensée, sorbet pomme-gingembre-verveine raffiné et bienvenu, cheese cake revisité version petite quenelle sur un sabayon lui-même déposé sur un genre de granité aux fraises et fraises fraîches, delicious, et enfin mignardises genre fraises tagada maison. Mon marido a pris quant à lui un "artichaut breton et foie gras mariné, crème glacée céleri rave et datte" (très bon et original), puis de l'agneau et enfin des "classiques revisités", fraisier, Paris-Brest, Millefeuille (tellement revisité que j'ai cru que c'était une tarte au citron meringuée) et poire belle-Hélène. 

18-avril 1399 foie gras

18-avril 1408 sorbet

18-avril 1412 classiques revisités

Bilan positif, pour 85 euros, de très beaux produits, de la créativité, mais des faiblesses qui valent une étoile, deux sans doute pas. 

Le reste de la journée se passa entre ne rien faire, lire, et nager dans la piscine intérieure (à seulement 29 °C). 

Avant de descendre dîner vers 22h (le temps de digérer le repas du midi), nous avons appris le décès d'Amy et décidé que nous ne partirions plus en vacances (la dernière fois, quelque chose de pas joli-joli s'était produit dans la chambre d'un Sofitel, dès qu'on bouge, un drame survient dans le monde). 

Nous avons dîné à la brasserie du chef Simone Zanoni, qui nous a bien montré qu'il ne considérait pas de la même manière son restaurant étoilé et sa brasserie (service amène et efficace, sans zèle, mais plats plus que moyens). 

De retour dans la chambre, nous avons remarqué la présence d'une balance qui affichait + 8 kgs pour mon marido (mais il pense que c'est parce qu'il avait gardé sa chemise). J'ai pas tenté, préférant garder mon innocence avant le petit déjeuner du lendemain...

Très bon petit déjeuner, avec le triptyque rêvé de mon marido à savoir jus d'orange pressé, crêpes minute (particulièrement top) et oeufs brouillés (et aussi d'autres trucs). 

Bon, ce fut le dernier repas de notre week end, nous comptons faire le prochain jeudi. 

Et nous avons enchaîné sur quelques heures de marche dans les jardins du Palais de Versailles pour nous cultiver/déculpabiliser et digérer...

18-avril 1444

Voilà pour l'escapade versaillaise qui nous aura tout de même bien dépaysés, reposés, et alimentés. 

L'issue aurait été on ne peut plus positive si je n'avais croisé les conseils d'une personnalité anxiogène à mon retour... Le genre de personnes qui vous disent comment élever votre enfant et qui vous font regretter jusqu'à votre tête à tête avec un Saint Pierre cru...

Commenter cet article

Jo Borrel 28/01/2012 03:11


C'est le début du week (enfin moi j'm'en fous car j'ai laissé tomber mon emploi) alors je vais m'offrir une seconde page.

labelette 30/01/2012 13:24



T'as raison, il faut savoir s'accorder de grands plaisirs.



Bobinette 26/07/2011 20:04



Tout comme Marie Mail tout, j'ai découvert ton blog aujourd'hui par l'intermédiaire de celui de Caroline, et j'ai tout lu depuis le début - quoi, je m'ennuie au boulot, un 26 juillet ? Oui, mais
pas seulement. J'ai retrouvé chez toi ce que j'aime chez Caroline, tout d'abord une grande qualité d'écriture, et puis de l'intelligence (non non non, ne rougis pas, non, ne rougis pas) de
l'humour, donc de l'autodérision - tout ce qui fait qu'on a envie de continuer à te lire. A y est, suis abonnée au fil RSS, et zou !



labelette 26/07/2011 22:39



Alors je suis juste épatée que tu aies tout lu depuis le début, cela me touche plus que je ne saurais l'exprimer. Mille mercis Bobinette pour tes mots qui font mon bonheur, j'espère te compter
bientôt parmi mes Sages !


PS: mon marido vient de lire ton commentaire, il m'a dit que Bobinette c'était lui!!!!



Marie Mail Tout 26/07/2011 14:48



Je découvre aujourd'hui ce blog (grâce aux commentaires chez Caroline ...) et ma fois, il est terrible ! Jamais autant ri que depuis que j'ai découvert Ioudgine (qui semble être un modèle pour
l'Imposteur !!). Voilà, pas grand'chose d'autre à dire, si ce n'est bravo ! J'adore le ton de ces billets !


PS : Non je ne fayote pas, mais la technique de raccollage/incitation aux commentaires à très bien marché sur moi ! Victime du marketing !



labelette 26/07/2011 22:34



Merci beaucoup Marie Mail Tout, ça me touche beaucoup, et je suis ravie que ma subtile et discrète technique d'incitation aux commentaires ait fonctionné avec toi!


J'adore Ioudgine mais elle n'est pas mon modèle dans le sens où j'ai découvert son blog un mois après avoir commencé le mien, cela dit je suis flattée que tu nous trouves des points communs
 !


J'ai vu que tu avais démarré ton blog en mars 2011, comme moi, voilà aussi qui nous rapproche... A bientôt!



Pupu 25/07/2011 23:23



Miam, miam, miam...


PS : ne t'occupe pas de la personnalité anxiogène.



ceci 25/07/2011 15:57



C'est top les photos des plats...:p.. j'en ai l'eau à la bouche... à refaire lors de la prochaine expérience culinaire :)



labelette 26/07/2011 00:28



J'étais avec mon marido qui, lui, dispose d'un téléphone portable capable de faire des photos regardables!



Les Amis de la Belette 25/07/2011 09:59



Malgré les petites imperfections, j'imagine à quel point de nombreuses civilisations envient la nôtre, et combien cette expérience est significative d'un certain art  de vivre dont nous
pouvons être fiers.



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.