Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 Apr

La mèche triste de Romain

Publié par labelette  - Catégories :  #Emotions culturelles

Hier soir, Romain avait la mèche triste.

Et mon amie Pupu et moi, nous n'en menions pas large à l'issue des 3h de massacre en direct.

Sur M6, l'événement tant attendu, le "choc des champions" (la formule n'est pas de moi, je tiens à le préciser) s'est soldé par le laminage de Romain Tischenko au profit de Stéphanie Le Guellec.

Vous savez déjà ce que je pense du cru Top Chef 2011. L'émission d'hier m'a confortée sur bon nombre de points.

Seul aspect positif : l'absence de Cyril Lignac. On a regretté ses "cette sole/ce dessert/cette salade/ce velouté... est très gourmand", mais on était bien contentes qu'M6 prenne enfin conscience qu'un programme culinaire peut être mené de bout en bout sans le gai luron des casseroles. On se demande d'ailleurs comment Alain Passard ou Pierre Gagnaire ont pu obtenir 3 macarons Michelin sans avoir été coachés par notre gourmand ami.

Pour l'occasion, Pupu avait concocté un cheese caké salé aux herbes avec sa roquette au vinaigre d'érable (vous ne connaissiez pas, moi non plus, delicious). Après avoir été de déception en indignement sur les précédentes émissions (attends, j'ai l'impression que les gens savent qui a cuisiné quoi, attends mais c'est quoi ce concours où l'on ne juge pas à l'aveugle?), nous allions enfin retrouver Romain, le looser de la précédente saison qui avait fini par rafler la mise avec ses légumes qu'il comprenait à la perfection.

On en était sûres, Romain n'allait faire qu'un carpaccio de Stéphanie Le Guellec qui avait déjà trop duré avec ses 29 ans qui en font 60 et son antipathie à toute épreuve. 

Il faut savoir qu'avec Pupu on se trompe systématiquement dans nos pronostics télévisuels.

L'émission était en direct. Chez M6, ils s'escriment à faire des émissions de cuisine en live pour les finales, mais ils n'ont toujours pas compris que l'exercice exige un certain sens du rythme.

Sur 3h de programme : 20 mn de cuisine, 30 mn de pub (3 mn toutes les 5 mn, à peu près, j'ai la flemme de compter), 50 mn d'ameublement des espaces creux par les animateurs, et 1H25 au bas mot de redites des anciennes émissions (ça, c'est la spécialité d'M6, refourguer en boucle des images datant au mieux de l'année d'avant, au pire de 5 mn plus tôt). On a donc pu mater toutes les scènes clés de cette saison et de la précédente (qu'on avait déjà revues dans 5 best of) et les recettes que les chefs nous avaient concoctées il y a deux semaines (mais enfin le chemisage de l'oeuf par Christian Constant, je devrais peut-être le voir une 8è fois avant de le reproduire à l'identique).

Avant d'entrer un peu plus dans le déroulement du calvaire de Romain, j'aimerais dire à M6 qu'Agathe Lecaron l'année prochaine dans Top Chef, C'EST NON (elle a sans doute d'autres compétences qu'animer une émission culinaire à une heure de grande écoute, parce que là, on serait presque capables de préférer Daniela Lumbroso).

Le principe hier consistait à multiplier les épreuves de courte durée pour mettre en danger les Top Chefs. Pour les 3 premiers défis, un handicap a été ajouté de façon totalement arbitraire par des spectateurs au téléphone (je suis sûre que c'étaient les parents de Stéphanie Le Guellec, parce qu'ils ont tous deux jugé bon de pénaliser Romain). 

Le bon sens, l'altruisme, l'évidence auraient commandé de retirer 5 mn à Stéphanie qui, fraîchement émergée de sa victoire et d'une endurance de 8 émissions, était en pleine possession de ses moyens et de sa confiance en elle. Alors que Romain, ça fait un an qui se fait des petits voyages en Asie pour savoir assaisonner le Yuzu et qu'il se balade dans Paris à la recherche d'un resto où il puisse dignement poser ses petits pois sur des haricots verts.

1er challenge, le dessert au poivron, 3/0 pour Stéphanie.

La mèche de Romain commence à douter.

Le marathon se poursuit avec un "carpaccio en volume". Romain, avec ses 15 mn au lieu de 20, nous offre un magnifique veau façon maki au daïkon, Stéphanie quant à elle aboule une boule de boeuf sur des spaghetti croustillants et carpaccio de mangue (en 20 mn, fastoche, elle n'a aucun mérite) et gagne encore pour atteindre 6/0. 

La mèche de Romain, malgré les réguliers "Romain peut nous surprendre, il l'a déjà souvent démontré" de Piège, malgré les " sachez que vos 5 mn de moins peuvent se tourner en avantage" énoncés une vingtaine de fois par Agathe, la mèche de Romain disais-je, semble déjà ne plus y croire du tout. 

3è défi, c'est enfin Stéphanie qui perd 5 mn, et du coup, Romain gagne (il y a donc un lien entre le temps de préparation et la réussite d'un plat). Très bonne idée Romain le moelleux salé sans cuisson avec un jaune d'oeuf dedans (comme ça, pas de panique avec le four, et le jaune cru, pas de doute, il coule). 

Enfin, dernière épreuve, faire une entrée et un plat au chocolat. Romain nous embarque en Asie avec un petit bouillon mignon tandis que Stéphanie se la joue foie gras et récolte du coup des "c'est beaucoup plus travaillé" qui la font grapiller point sur point. Piège qui a le destin de Romain entre les mains déclare "la cuisine qui me touche, c'est celle de l'assaisonnement, et c'est celle de Stéphanie". 0/8 pour la mèche de Romain à l'issue de l'ultime épreuve, avec Pupu on pressent la fin parce que tout le monde qui vote pour Stéphanie, normalement, ça devrait donner Stéphanie vainqueur.

L'art de l'épure et la cuisine de la simplicité made in Tischenko ont péri sous l'assaisonnement de Le Guellec. Le pathétique de la situation a atteint son paroxysme lorsque Stéphane Rotenberg a demandé à Romain: "Vous venez de sortir un livre, pouvez-vous nous rappeler le titre (vous qui n'avez fait que prouver votre nullité ce soir)"? Euh... "Du style dans l'assiette". 

Romain, ce qui compte pour être un champion, c'est la vinaigrette, pas le style. Ce matin sur Twitter, tu t'es excusé. "Sorry les loulous. Une grosse gamelle. Merci à tous." Nous, avec Pupu on ne t'en veut pas du tout, le grand show c'est pas ton truc, pour toi ce qui compte c'est de bien comprendre ce que l'artichaut à à nous dire pour le laisser ensuite s'exprimer dans l'assiette.

Hier, les conditions pour que tu puisses écouter battre le coeur de l'artichaut n'étaient pas réunies. Mais ces émotions-là, avec Pupu, on a hâte de les découvrir dans ton resto.


 

Commenter cet article

Lau 15/04/2011 04:22


Moi qui était si triste d' avoir rate l émission .... Merci pour ce billet !


Pupu 12/04/2011 23:51



C'est pas parce que je suis un peu concernée par le billet, mais je suis très touchée par cet hommage à Romain Tischenko (et accessoirement au cheese cake). Merci la belette !!



labelette 12/04/2011 23:53



de rien, non vraiment, la roquette à l'érable, ça vous change un homme.



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.