Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 Nov

Le blog qui savait pas où il allait

Publié par labelette  - Catégories :  #L'angoisse du jour

Alors que mon blog aura bientôt atteint l'âge faramineux de neuf mois (un exploit pour moi dont la principale unité de mesure du temps passé à faire quelque chose est habituellement plutôt de l'ordre de la seconde), je dois avouer que j'ai été sujette à une extraordinaire quantité de revirements.

Ah tu trouves le blog bien? Je reprends, alors.

Personne ne s'est manifesté sur mon billet d'hier. J'arrête ces conneries.

Tiens, le nombre de lecteurs est en hausse. C'est décidé, j'écris tous les jours.

J'ai pas écrit depuis deux semaines et tout le monde s'en fout. Je mets un terme définitif à ce truc de merde.

L'équation est simple. Je n'ai jamais caché le fait que j'écrivais pour de potentiels lecteurs, donc au moindre souffle négatif, j'ai envie d'abandonner, à la moindre note positive, je continue. 

(ATTENTION, JE REPERE LES FAUX-CULS )

Je suis donc EN FLOTTEMENT PERPETUEL, raison aussi pour laquelle en 2 jours j'ai encore changé 2 fois d'avis sur la question. 

Samedi, je croise une fille qui me dit :

- J'ai beaucoup aimé ton billet "Imbattable" . Ah, et aussi... Je sais plus, yen a plein que j'aime en fait. Mais parfois, J'AI HONTE... J'ai honte de dire que j'ai aimé un billet.

Ah.

Ah.

C'EST-À-DIRE?

Je sais pas, j'ai honte.

Et puis, on commence à parler d'autre chose. Et elle ajoute : bon en fait j'ose rien te dire, j'ai peur que t'en parles dans un billet...

Ah. 

Ah. 

Un phénomène que je rencontre fréquemment, et qui laisse penser 1) que j'écris tout et n'importe quoi dans mon blog (bon, certes), 2) que certaines personnes pensent qu'une seule de leurs phrases pourra servir de matière à un billet entier (vous rendez-vous compte, un billet entier de la belette sur un épi-phénomène, ah ça nan, vous avez constaté à quel point mes billets étaient riches et fournis) 3) que tout ce que j'écris est hyper prévisible (Oups, j'ai fait une gaffe, je vais avoir droit à un billet/ Aïe, on a fait brûler le rôti, je sens qu'on va finir en billet/), alors que je ne m'intéresse jamais aux évidences, mais aux postures et impostures, bref à des subtilités...).

Le cocktail "J'ai honte de dire que j'aime tes billets + j'ai peur que t'écrives un billet sur moi" = décision immédiate de laisser tomber le blog (vous voyez, lire mon blog, c'est un peu comme dire qu'on aime Salut les Musclés, ou qu'on va au concert de Magali Vaé).

Et puis, ce matin mon amie Chipie Chic me disait qu'elle avait entendu des gens qui ne me connaissaient pas parler positivement de mon blog. Certaines personnes osent donc faire leur coming out en public, et ça me touche énormément. Donc, j'ai finalement écrit un billet aujourd'hui.

Vous allez dire, elle est trop sensible aux remarques.

Vrai.

(enfin, pas les remarques comme celles de Mireille et Eglantine, trop à côté de ma plaque)

Vous allez dire, ce billet n'a aucun intérêt.

Vrai. 

Comme Salut les Musclés.

Au passage, j'en profite pour remercier les Sages de mon blog, ceux qui, malgré la honte, la culpabilité, la vacuité rencontrées ici, continuent à proclamer au monde entier 

LA BELETTE NE DOIT PAS RETOURNER DANS SA FORET.

Et vive Magali Vaé. 

 

 

 

Commenter cet article

Prof 17/11/2011 01:00



Chère Belette,


Vous nous avez invités récemment (et judicieusement) à participer à un concours dont l'enjeu était d'élire le meilleur slogan -si je puis dire- pour votre blog. J'avais
personnellement voté avec acharnement pour "la minute inutile de la belette".


Ma question est la suivante : quand comptez-vous nous transmettre les résultat du concours sus-mentionné ?



labelette 17/11/2011 01:01



Le résultat est là, juste en haut à droite du blog... Désolée cher Prof, j'ai été sensible au fait que vous me considériez comme inutile, mais la masse des votants en a jugé autrement. 



delph 16/11/2011 10:42



bon alors, maintenant tu sais que tu as au moins deux lectrices assidues en Charente-Maritime!! Comme Miki souvent je n'ose pas, je ne sais  pas, je me dis ça ne sert à rien, pourquoi
commenter? en plus, j'ai même pas de blog, donc pas vraiment sure d'être toujours acceptée dans votre monde!! Mais la évidemment il n'est pas question de te laisser croire que ta disparition me
laisserrait de marbre.. Non, non, non, la belettte fait partie de mon quotidien désormais, et les jours sans posts sont des jours tristes pour moi, j'attends avec impatience chaque nouvelle
histoire de nounou!!! S'il te plait La Belette, RESTE!!! ;)



labelette 16/11/2011 14:40



Ma chère Delph ( c'est vraiment bien, la Charente-Maritime), tu dois savoir que lorsque la belette s'aventure hors de la forêt, elle n'a que les commentaires pour s'alimenter (et, aussi, le
nombre de lecteurs, mais elle préfère la qualité à la quantité). Donc, si tu ne veux pas qu'elle dépérisse, tu DOIS intervenir, donner ton avis sur tous les sujets, et tu dois savoir que la très
grande majorité des lecteurs ici n'a pas de blog. La belette a besoin de toi, et de toute la Charente Maritime. 



Albane 16/11/2011 06:47



Magali Vaé, que de (mauvais) souvenirs !



labelette 16/11/2011 09:02



Elle symbolise ma lutte pour la tolérance, alors je ne peux dire ce que j'en pense... (!)



Les Amis de la Belette 15/11/2011 21:32



Ma chère Belette, tes Sages se dissiperaient définitivement si tu venais à les délaisser... Le blog est un cercle vertueux : tu écris parce tu aimes ça, puis tes lecteurs te disent que cela leur
plaît, alors, tu prends davantage de plaisir à écrire etc


Longue vie à tes Impostures !



labelette 15/11/2011 22:45



Je ne supporte pas l'idée que mes Sages puissent un jour se dissiper... Il faudra d'abord me passer sur le corps. 


 



Schtroumpf G. hors du G. 15/11/2011 18:41



Cette sensibilité à fleur de peau de belette... Je crois qu'on rêve tous un peu de se retrouver dans un billet, c'est tout. On supporte tes éclipses comme tu acceptes les nôtres, mais nous
aurions dû mal à pardonner ta désertion ; à bon entendeuse !



labelette 15/11/2011 18:57



Comme tu dis (pour le sensibilité à fleur de peau)... La petite faiblesse qui me perdra...


Quant à toi, puisque tu es hors du G., on peut te voir ou pas? 



LaCanette 15/11/2011 18:31


J vais pas te faire du cirage de pompes : si j'aimais pas ta façon d'ecrire et ce que tu écris, j'te lirais pas ! maintenant, c'est vrai que, prise par le temps, des fois je zappe des trucs. Par
exemple, je ne sais pas du tout où tu en es de ta recherche de nounou pour Chouquette, et je dois même t'avoir que j'y pense et que ça me régalerai d'en connaître la chute, s'il y en a une, ou
peut-être que je l'ai loupée... Quoi qu'il en soit, dans faune des blogs, moi, j'aime le tien :-)


labelette 15/11/2011 19:54



La Canette sait parler à la belette (merci!!!)


Pour ce qui est de la nounou de Chouquette, je ferai un billet demain, je ne peux pas te laisser dans l'ignorance...



Jeanne de chez Stéphane 15/11/2011 17:49



Le doute de la Belette... C'est dur. Mais c'est aussi sûrement le gage d'une qualité qui ne se dément pas.

Je t'encourage vivement à continuer, parce que j'apprécie tes billets et qu'ils me font bien rigoler (ce qui n'est pas hyper fréquent dans la prépa agreg): donc dans une visée
complètement égoïste. J'avoue cependant que la finalité de l'ensemble m'échappe un peu. Mais on observe la même chose chez beaucoup d'auteurs qui pratiquent l'écriture
fragmentaire. Alors continuons. Il y aura peut-être, dans quelques décennies, des étudiants qui feront une thèse sur le blog comme processus lyrique.



labelette 15/11/2011 17:53



J'aime l'idée que tu défends, à savoir que je suis un auteur dont on étudiera plus tard le processus lyrique. Car oui, je suis un auteur, et oui, je suis lyrique. C'est un Sage du blog qui le
dit, et les Sages ont toujours raison. 


Quant à la finalité de l'ensemble... 


Vaste sujet.



Mikl 15/11/2011 17:41



Je tombe des nues! Deuxième blog de la semaine qui "me" menace d'extinction, (oui,me) merdalors! Chère, chère belette, l'art du commentaire est indéfini, malaisé et anxiogène. Si. En fait, on ne
sait jamais si on peut, si on doit, bref, on se tâte et on laisse passer son tour. Ce qui ne veut pas dire qu'on n'aime pas, au contraire. La preuve? Moi aussi, j'ai plein de trucs graves
"imbattables" passés sous silence . Mais on se dit bon, on va pas  s'incruster, non plus, hein....


Bon, alors on arrête de faire sa grande hystérique tout en noir (je sais, rien à voir, c'est un copain qui me sortait toujours ça et j'ai jamais reussi à caser l'expression jusque-là), et hop! Au
boulot. 


Qu'est-ce qu'on perd comme temps en formalités.



labelette 15/11/2011 18:11



Chère Mikl. T'as raison, on perd trop de temps en formalités. Alors, désormais, TU PEUX et TU DOIS faire des commentaires. Je veux savoir en quoi t'es imbattable, et aussi ce que tu penses de
Magali Vaé, et du reste. Nan mais. S'agirait pas d'entretenir la grande hystérique tout en noir. 



la cancoillotte, c'est bon ! 15/11/2011 16:27



Dois-je te remercier de m'avoir fait découvrir Magali Vaé ?



labelette 15/11/2011 16:31



Faire découvrir des pépites, c'est aussi la vocation de ce blog...



Toinette 15/11/2011 16:11



Ah oui alors, on continue à poster des billets !!! hop hop hop


Ma fenêtre sur un monde subtil et drôle s'en trouverait immédiatement murée sinon... ca serait moche.



labelette 15/11/2011 16:32



Tu sais me parler toi, et tu es si poétique : une vraie Sage (oui, tu fais partie des Sages désormais, j'espère que cela éblouira ta semaine)



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.