Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 Apr

Le sentiment de culpabilité vu par par un maître (moi)

Publié par labelette  - Catégories :  #L'angoisse du jour

nov12 0962

Je vous ai dit que j'avais été nommée Ministre à la Culpabilité, au Doute et aux Prises de tête?

Ah oui, vous avez dû, comme d'autres, l'apprendre à l'occasion de ma déclaration de patrimoine.

Moi qui suis du genre à considérer que quand je réussis quelque chose, c'est que la chose était facile/merdique/merdique et facile, et que donc, je ne mérite pas qu'on me loue/félicite/ pour ça, j'avoue que pour la première fois de ma vie, je me suis sentie complètement en phase avec le choix - inattendu, certes - du gouvernement de bâtir autour de moi un ministère sur mesure (en soi, le fait de devenir ministre, j'ai trouvé ça normal, on est dans l'ère du normal, non?).

La culpabilité, c'est quoi?

Ce petit truc qui vient de la tête mais qu'on sent dans le corps (ça irradie grave, la culpabilité), cette so charming boule au ventre qu'un rien suffit à reformer (principe chimique très simple : la boule est toujours là, mais lyophilisée et il suffit également d'à peu près rien pour qu'elle se remette à gonfler jusqu'à envahir à nouveau tout l'espace).

La culpabilité, c'est ce sentiment d'avoir toujours merdé quelque part, sentiment avec lequel on ne sent jamais complètement à l'aise, du moins, avec lequel on ne peut pas aller bien loin.

La culpabilité, c'est, pour le dire avec subtilité, ce fucking plomb.

Différentes options s'offrent à nous :

- on chantonne pour faire celui qui n'a rien à se reprocher, mais (la boule gonfle, gonfle, gonfle), très vite, la mélodie déraille, les paroles deviennent vides, le rythme part en vrille. Bref, on chante mais ça sonne faux.

- on assume la culpabilité, martyr attitude, je suis coupable, coupable, coupable, et saoulant.

- on passe son temps à trier le bon grain de l'ivraie (je suis trop 1904 comme meuf), bon, de quoi suis-je coupable exactement, oui, mais ça c'est pas ma faute, oui mais si mais en fait non, j'ai fait ça mais c'est parce que, aurais-je fait ça si? etc. C'est le "je me pose des questions mais pas les bonnes et en plus j'ai pas les réponses".

- on fait appel à des tiers. Dis, en quoi ai-je merdé (mais t'as pas intérêt à me dire que j'ai merdé)? Le tiers se trouve alors fort dépourvu, il doit user de diplomatie, pour dire et ne pas dire en même temps. Le problème du tiers, c'est que quelle que soit son attitude (je calme, j'encourage, je nie, je tape), l'interlocuteur entend, se concentre, mais... la boule est toujours là.

- on fait table rase. Haha (pardon). Oui, ça peut marcher, après avoir ruminé en boucle, chantonné, saoulé toute la terre, s'être changé les idées, avoir reçu un bon coup de retour au réel. Après, on se sent léger, on fait même des phrases sur le bonheur, on donne des conseils, putain, ça fait du bien de se sentir fort pour soi, tiens, je vais faire ci, et ça, je vais soulever des montagnes

Comme vous pouvez le constater, aucune mesure ne peut réellement venir à bout de la culpabilité. Parce qu'elle est l'amalgame même entre tous les fils qui mènent à nous (mon ministère est un peu complexe, c'est pour ça qu'on m'a choisie). Si tu commences à prendre la pelote, tu te retrouves avec un concentré de toutes les distorsions de ta vie, ce qu'on t'a dit, ce que tu as promis, ce que tu as pensé, ce que tu n'as pas fait, tes principes et leur mise en application, etc.). Tu te retrouves avec ce qui fait que tu es... ce que tu es, et là, t'es bien emmerdé. Parce qu'il va falloir faire avec, mon coco.

La culpabilité (entendons-nous bien, je ne parle pas de celle, bien réelle, et claire elle au moins, liée à un empoisonnement, un assassinat, une trahison...) (fin de la parenthèse de relativisation), c'est ce qui nous fait nous demander au moindre souffle de vent :

Ai-je raison de faire ce que je fais?

Ai-je le droit de prendre cette place et ce rôle?

Est-ce que je mérite ce que j'ai?

Moi, et mes failles, moi et mes merdes, moi et mes défauts, avons-nous (c'est collégial) de la valeur?

A ces questions, celui qui a toujours cette culpabilité ancrée, répond toujours NON. 

Putain, va y avoir du boulot au ministère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

stop snoring 26/03/2014 12:58

Hi, this is really a bit confusing post and I did not get the matter in a single go. I had to go through it twice. But I just wanted to say thank you for sharing the post here with us.

Schtroumpf G. au G. 19/04/2013 23:46


Et ta mère, elle en dit quoi ?

So 18/04/2013 21:25


Et en tant que ministre de la cuplabilité, penses-tu faire une loi contre la culpabilité? 


Ca m'interesse ;-)


En même temps c'est con ce que je dis, tu serais au chômage du coup !!!!

labelette 19/04/2013 00:31



Ce chômage-là ne me gêne pas...



Ginger 18/04/2013 16:07


Je ne sais pas si c'est très protocolaire mais je te soumets ma candidature pour le poste de Conseiller spécial, je crois que tu ne peux pas trouver un bras droit plus au fait que moi sur la
question... 

labelette 19/04/2013 00:30



J'ai eu pas mal de demandes, mais je te promets de me pencher sérieusement sur la tienne, d'autant que je te sais très investie politiquement. 



Alphonsine 18/04/2013 08:16


Cesse de réfléchir ! 


Moi par contre, j'ai réfléchi à la lecture de ton billet, et je suis soulagée qu'un ministre ait été nommé. C'est un département important qui touche tout le monde. Bon courage pour
déculpabiliser les hommes !

labelette 19/04/2013 00:37



Je ne peux m'empêcher de réfléchir, mon intellect est surpuissant, que veux-tu.



Jeanne qui connaît Stéphane 17/04/2013 22:08


Même réponse chez moi. 


Il y a une place à prendre dans ton ministère?

labelette 19/04/2013 00:36



Oui, j'ai droit à une grosse équipe. 



Stelda 17/04/2013 21:03


Albane devrait être nommée Ministre à la Transparence. Non mais.

labelette 19/04/2013 00:35



ça lui irait très bien!



Stiop 17/04/2013 18:25


Raccord avec Albane, c'est quand tu cesses de réfléchir à ce type de situations que tu te rends coupable ou d'indifférence ou d'arrogance. Alors, à choisir...

labelette 19/04/2013 00:35



Oui bon, il y a des étapes intermédiaires, non? ;)



belettsterenn 17/04/2013 17:32


mais,ma belette à moi que j'ai,sans tout ça (les doutes,les failles,la culpabilité ...etc ....)nous ne serions que ...chais pas moi euh,des robots !!!!


je t'ai déjà dit que j't'aime ?

labelette 19/04/2013 00:34



Des robots? Le kif ;))



LaBij 17/04/2013 15:08


Alors la belette, un coup de mou ? Appel on en parle et je te dirai combien tu es une fille EXTRA

labelette 19/04/2013 00:33



Oh oui, dis-le moi, mes oreilles adorent ;)



Gaelle 17/04/2013 15:08


T'as besoin d'un dir. cab. pour ton ministère ?

labelette 19/04/2013 00:33



Aïe, j'ai reçu d'autres candidatures... Quoique, plusieurs Dir Cab ne seront pas de trop. 



Albane 17/04/2013 13:55


Ce sont ceux qui ne se posent jamais ce genre de question qui devraient s'inquiéter ! Sinon, le cumul de mandats (ministre + blogueuse + dégustatrice gastronomique), tu dois culpabiliser à mort,
non ?

labelette 19/04/2013 00:32



Bien sûr que je culpabilise, c'est ce qui fait mon charme.



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.