Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
03 Sep

Récits

Publié par labelette  - Catégories :  #Arrête ton baratin

Hier, mon beau-frère qui venait de lire l'article où je racontais ma soirée chez lui pour le mariage de sa fille m'a dit qu'il avait eu les larmes aux yeux, avant d'ajouter, gêné : "Mais euh, hum, finalement, ton truc, hum, c'est pas vraiment un texte, c'est plutôt, le prends pas mal, un... REPORTAGE".

Alors voyez-vous, non seulement je ne le prends pas mal, mais je le prends hyper bien. 

La question du récit est centrale pour moi (qui écris des récits). 

Comment écrire un récit qui soit fidèle à la réalité, sans l'investir de ses propres émotions et donc le travestir? 

Exemple :

Un événement un peu dingue a eu lieu jeudi soir. J'étais absente.

Mon père me le raconte : version 1 tentant juste de réunir les faits  + petits commentaires au passage (je suis issue de la FAMILLE COMMENTAIRES)

Ma mère me le raconte : version 1 + commentaires + faits imaginaires pour illustrer sa thèse  

Une fille me le raconte : elle était là, elle sait = version 2

Une autre personne présente me le raconte : version 2 avec variante 

Une 3è personne : version 2 avec variante 3 tentant d'éradiquer les commentaires familiaux

Une autre : version 2 avec variante 4 et nouveaux commentaires 

Dans les récits, une même volonté d'expliquer la réaction ou l'absence de réaction des uns et des autres.

C'est parce que : 

- il était fatigué

- il était déjà monté

- il a rien vu

- il savait que quelqu'un le ferait

- il voulait lui faire comprendre des trucs

- il en a marre de réagir à chaque connerie de son fils

- il était trop choqué

Une fois l'explication subodorée, elle est commentée.

- il était fatigué parce qu'il n'a pas dormi de la semaine

- il était fatigué parce qu'il a pas arrêté d'hurler

- il était fatigué parce qu'il fait chier, il fait chier putain

S'ajoute le souhait du locuteur de plaire /déplaire à son interlocuteur

- il était fatigué parce qu'il n'a pas arrêté d'hurler, tu sais comment il est (toi qui ne peux pas l'encaisser)

- il était fatigué parce qu'il veut toujours que tout soit parfait, tiens tu te souviens de tout ce qu'il a fait pour toi quand t'es venue (et avec ça, tu oses toujours dire que c'est un con)

Bien sûr, parfois, les récits sont formulés par des personnes ayant un souci d'objectivité. 

Le truc s'est passé.

C'est la femme de ménage qui a appelé les pompiers.

Les pompiers ont emmené le fils à l'hôpital.  

Maintenant, tout va bien. 

Cette version qui relate les faits sans que rien ne puisse être contredit n'a aucun intérêt (quid du père qui n'a pas réagi?).

Nous partirons donc du principe que ce qui compte dans un récit c'est ce qu'on y met.

Et généralement, chacun y met sa petite touche (d'humour, de sarcasme, de naïveté...) (d'intelligence, en ce qui me concerne). 

Sauf qu'après, le récit, une fois intégrée la petite touche, va être redimensionné avec une nouvelle petite touche. 

Ainsi, je pourrais vous raconter ce qui a eu lieu jeudi soir avec ma petite touche qui différera beaucoup selon la version sur laquelle je m'appuie (si je m'appuie sur celle de ma mère, ou celle du fils qui a fait la connerie). 

Ma propre version va ensuite tenir compte du fait que c'est un blog, qu'il a une certaine ligne éditoriale (philosophique) et que vous êtes multiples (quoique tous dotés d'un même sens de l'humour semble-t-il) (ô êtres raffinés).

Je regardais récemment l'émission hommage à Delarue. 2H09 de commentaires, morceaux choisis, témoignages. ET comme - j'avoue - j'ai forgé à peu près toute ma connaissance d'autrui en matant TOUTES les émissions de Delarue, j'étais à l'unisson de toutes les marques d'amitié (et je n'ai pleuré que 2H07). Sur plusieurs points, les invités n'étaient pas d'accord sur leur vision de l'homme, leur interprétation (que dire aussi de ceux qui ne pouvaient pas l'encaisser et qui auraient sans doute eu une vision encore différente de sa générosité et de sa sincérité). 

Je parcourais tout à l'heure Hellocoton (réseau de blogueuses).

L'une évoque la nullité du livre de Sonia Rykiel.

L'autre la déco de la chambre de son fils, à laquelle elle vient d'ajouter un fauteuil (dont elle donne la provenance, on s'en fout, il est moche). 

Une autre son dimanche matin (elle raconte tous ses dimanches matins...) et là, elle a mangé une mousse au chocolat. 

On apprend aussi que Brigitte a passé une "super après-midi pleine de fous rires avec son amie Paula à Bruxelles".

Une nana donne toutes ses envies du moment.

Autant de récits. De styles. De possibilités d'émotions (ou pas).

Autant de possibiltés d'identification. D'ennui. De fascination (ah, ce siège). 

A un moment je me suis dit tiens et si je prenais n'importe quel sujet de blog, et je le réécrivais. 

Faire rire avec une mousse au chocolat. Faire pleurer. Agacer. Faire rêver. 

Hum, tout ça pour répondre à la question de l'imposture qu'on m'a souvent posée...

Qu'est-ce qui est vrai dans ce que tu racontes?

On s'en fout.
C'est l'émotion qui compte.

ET le plus étonnant est là : mon récit de la soirée chez mon beau-frère ne collait pas  -loin s'en faut - à la réalité "objective".

Et pourtant, il y a vu un "reportage", il avait l'impression de revivre la soirée exactement comme dans son souvenir.

C'est étrange comme les émotions ressemblent plus à la réalité que la réalité.

 

 

 

Commenter cet article

Wooden packing boxes in Andhra Pradesh 02/05/2014 07:07

I enjoyed reading you post. Usually writing skills is attained via practice: e. I am sharing it with my other friends on social networking sites,as the information is really very useful. Keep sharing your excellent work.

chick feeder 02/05/2014 07:06

Thank you for sharing this very informative post. Through this post it's widen my knowledge about this :)

Casting Engineering Works in Hyderabad 02/05/2014 07:04

I have much more information from your sharing, thank you.

Organics products raw material 02/05/2014 07:03

Amazing,... I was checking continuously this blog and I am impressed! Very useful information particularly the last part. Thanks dude

Soda manufacturer 02/05/2014 07:02

I recently read a blog similar to it and this has also given me some important tips for myself. Thanks

microneedle roller before after 28/04/2014 13:51

These are the 3 factors that caught my interest in this particular article. "- il savait que quelqu'un le ferait - il voulait lui faire comprendre des trucs - il en a marre de réagir à chaque connerie de son fils" what do you think of my choice. please feel free to debate.

windows explorer 8 update 17/01/2014 11:59

It was wonderful to read about the stories that you have mentioned in your post. I think the best way to write a story that is faithful to reality is to write a true story with different topic and subject. This way you will be able to invest their emotions and thus disguise.

Ginger 05/09/2012 16:33


Wahoooou, ça c'est ce qui s'appelle un bel article de fond... Digne de figurer dans "les morceaux choisis de la Belette" !


Bon, assez parlé ! Je vais le relire pour essayer de le comprendre maintenant... 

labelette 10/09/2012 18:22



Si tu comprends pas, c'est pas si grave, hein...



br'1 04/09/2012 22:36


Texte éblouissant! Je veus être une belette, moi aussi. Enfin pas la même, hein, une belette-moi, quoi.

labelette 05/09/2012 12:01



Une belette-toi? Il faut que nous expliques le concept, qui me semble très prometteur!



Mikl 04/09/2012 00:52


Comme quoi, racontée par DB, la vie est mieux que vraie. (Et sinon, quelqu'un sait pourquoi il n'a pas arrêté de hurler? Non mais sérieusement, allez?...)

labelette 05/09/2012 11:57



Si vous saviez, vous hurleriez aussi (mais pas pour les mêmes raisons). 



Stelda 04/09/2012 00:06


Je n'ai rien compris aux commentaires mais je les ai adorés. Et ton article. Et l'idée d'un exercice de style à la Queneau (pourquoi choisir la mousse au chocolat en exemple, d'ailleurs?
mystère...). 

labelette 05/09/2012 11:57



C'est vrai ça, j'aurais pu choisir le sac à main... Ah non, c'est pour toi, ça. 



Jeanne 03/09/2012 22:05


Avoue que tu as piqué la conclusion à Rousseau. 

labelette 05/09/2012 11:58



Ah bah alors on a un deuxième point commun, en plus du fait qu'on se confesse à longueur de page...



Alphonsine 03/09/2012 20:26


Merci pour l'explication de l'information objective doublée du motif, de l'explication et de la variante. C'est maintenant que je suis devenue intelligente. Ouf, je peux rester au titre de tes
lectrices !

Les Amis de la Belette 03/09/2012 17:32


Je pars du principe que tout ce que tu écris est vrai car qui mieux qu'une experte en impostures serait incapable d'écrire le contraire de ce qu'elle pense ? Tu suis mon récit, là ?

labelette 05/09/2012 11:58



Non, j'ai pas le niveau.



Pilar 03/09/2012 17:08


Si je fais un commentaire sur ce post, est-ce que tu m'adoptes dans ta famille ? (enfin, moi, je veux juste être ta super bonne cousine, le reste je m'en fous !).


Pour apporter mon grain de sable à ta théorie génialissime, je te conseille le TED talk de Rob LEGATO un grand faiseur d'effets spéciaux qui doit raconter des histoires "telles que les gens
veulent s'en souvenir".


http://www.ted.com/talks/rob_legato_the_art_of_creating_awe.html


En plus, ce type est presque aussi spirituel, intelligent et drôle que toi.

labelette 05/09/2012 12:00



Hum, je vais regarder, mais c'est en anglais, et chuis un peu fatiguée, là...


Comment ça, tu t'en fous du reste de ma famille? Tu sais pas ce que tu perds...



Schtroumpf G. au G. 03/09/2012 17:04


Et ton frère, il a porté plainte contre ton père ou pas, finalement ? (objectivement)

labelette 03/09/2012 17:05



Ben, et la cousine de ta mère, elle aurait fait quoi? 



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.