Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 Mar

So canal Saint Martin

Publié par labelette  - Catégories :  #MANGER - MANGER - MANGER

photo 2

Hello hello,

Vous connaissez le Guide Fooding? C'est la bible du Parisien branché, bobo et gastro. 

Le Guide Fooding, c'est "une invitation à éprouver le goût de l'époque".

Et le "goût de l'époque" (ils ont le sens de la formule, non?), ce sont des néo-bistrots, des caves à manger, de la cuisine d'auteur et des rades bio. Surtout pas des restaurants double ou triple macaronés par le Guide Michelin, c'est d'un ringard. 

Moi, comme je ne veux être inféodée ni aux dandys du Fooding ni aux vieillards du Michelin, je teste tout. C'est tout. Parce que, certes, il y a un côté ronronnant et corseté dans les "grands restaurants", mais enfin, Pierre Gagnaire, Guy Martin, Joël Robuchon et les autres, ils font aussi partie de l'époque, non? Bon, je ferai d'autres billets plus étoffés (c'est prétentieux, ça?) sur cet inépuisable sujet.

Le Fooding, en dépit de sa branchouillerie, nous a quand même déniché quelques merveilles au panthéon desquelles Inaki Aizpitarte et ses deux bébés: le Chateaubriand et le Dauphin (s'il vous plaît, ceux qui ont été déçus, retournez jusqu'à aimer, ça ne vous prendra pas longtemps). Et puis, le Fooding ayant très bonne presse, impossible d'ouvrir un journal (ok, je ne parle pas du Courrier International) sans tomber sur une de leurs dernières trouvailles.

Je me devais donc d'aller vérifier par moi-même si leur très plébiscité "Verre Volé" méritait tous ces lauriers. 

Le Verre Volé est une "cave à manger" dans l'environnement proche du canal Saint Martin. Comprenez: un lieu où l'on boit du vin surtout, mais où l'on peut également manger. Le canal Saint Martin, c'est un petit canal parisien le long duquel les gens se promènent avant de regagner leur petit loft en toute simplicité. 

Qu'avais-je lu/entendu sur le Verre Volé? Le "saint des saints de tout amateur de vins nature", "la chef Delphine Zampetti qui fait des étincelles", "un joyeux bazar", et "des assiettes aussi sincères (NDLR:?) que brutes de décoffrage".

Primé Fooding en 2010, le lieu s'était offert "un nouveau décor pour fêter le succès" et avait créé une nouvelle salle.

Sur place, on se demande comment devait être l'ancien décor pour que celui-ci soit mieux. On nous assoit dans la fameuse nouvelle salle, où l'expression "au coude-à-coude" prend tout son sens. La salle est exigüe (on tient à 8), et emplie pour moitié de caisses de vins et cartons (ce côté je prends pas la peine de ranger, c'est très Fooding). Avec l'ami avec lequel je suis venue, on est tout de même contents parce qu'on est assis dans le saint des saints.

Mon ami sort une minute, puis revient, et je suis déçue car je ne saurai jamais pourquoi mon voisin n'a pas fini la nuit chez sa nana. 

Vient l'heure de lire les ardoises. Et là, je panique. Ici, c'est andouillette, foie de lotte et boudin. Avec mon ami on discute de la chasse à la galinette, on croit que c'est un genre de faisan. Notre voisin dément : c'est un rouget. 

Je prends la galinette en carpaccio. Et je félicite mon voisin qui est très au fait de subtilités culinaires comme la crépine ou la caillette.

Bon, pour faire court. Les entrées tout en fraîcheur et finesse nous ont emballés. 

Les plats, qu'on nous présentait comme "authentiques, sincères et généreux" sont lourds et imprécis.

Les desserts (quand je teste, je suis obligée de prendre entrée-plat-dessert, pour avoir une vision d'ensemble): mon ami a pris la mousse au chocolat (bonne mais rien d'exceptionnel) et moi un Tiramisu (un critique gastronomique avait dit "un Tiramisu comme on l'aime avec une crème exceptionnellement aérienne"). En tout cas, moi, il était pas du tout comme j'aime, parce que j'en ai laissé les trois-quarts. Beaucoup trop de biscuit, une crème beaucoup trop aérienne, trop de cacao.

On nous a conseillé un Sauvignon (bio bien sûr) pour accompagner notre repas. Bien.

Prix: plutôt cher pour un midi.

Faut-il y aller? Oui, si vous aimez le vin. Mais prévoyez de prendre le plat et le dessert ailleurs.

 

 

 

Commenter cet article

Bordarier Cyril gérant "Le verre volé" 30/03/2011 21:38



Il est toujours curieux de trouver des "critiques gastronomiques" qui poussent comme des champignons......................... hors saison!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



labelette 30/03/2011 21:52



Aucune prétention à la critique gastronomique, encore moins à être un champignon. Désolée si mon ressenti vous a heurté. 



Pupu 29/03/2011 01:37



Je m'interroge aussi sur le sens des "assiettes sincères" et plus précisément sur ce que seraient à l'inverse des "assiettes hypocrites"...



labelette 29/03/2011 10:15



Des assiettes hypocrites ce sont des assiettes qui vous disent je suis une tomate et de la salade, mais qui n'en pensent pas moins.



Les amis de la Belette 24/03/2011 19:25



Un tiramisu trop aérien ; en tous les cas, ton style a des ailes...



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.