Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 Mar

Simplicité Rive Gauche

Publié par labelette  - Catégories :  #Fashion stories

Une après-midi Rive Gauche.

Parce que je suis un être altruiste, j'ai offert aujourd'hui à l'une de mes amies quelques heures de mon emploi du temps et mes conseils en style (si vous ricanez, vous êtes stupides). 

Avec une troisième comparse, nous sommes allées faire les boutiques en quête de LA TENUE.

Le cahier des charges de mon amie était très clair: "CHAIS PAS"

C'était très éprouvant, parce que tout était si laid qu'on a dû finir chez Yves Saint Laurent.

La couleur à la mode cet été, c'est corail. A ce propos, je me permettrais un petit aparté sur la question des couleurs dans la mode. Parce que, le grand n'importe quoi, là, il faudrait que ça cesse. Je ne sais pas moi comment j'expliquerai à la fille que le "gris est le nouveau noir" (puis, le bleu, le marron, etc.). J'aimerais bien aussi que quelqu'un m'explique pourquoi on se fout de notre gueule en nous disant que cet improbable rose-orangeasse, c'est CORAIL. Que ce vieux blanc-jaunasse c'est SABLE. Que tous ces coloris fadasses, c'est NUDE. Il faut le dire aux gens de la mode que si une saison on met du gris ou du vert, c'est pas grave. Quand une couleur est ratée, on la jette, c'est tout, on n'en fait pas "la tendance phare des prochaines collections".

Bref. 

On a fait le tour des boutiques de Saint Germain des Prés, avec l'inévitable escale au Bon Marché. Là, on est allées déjeuner rapidos, un filet de dorade (j’ai fait genre je prends la dorade alors que j’avais envie de la tarte aux trois fromages). Pendant le repas, mes amies ont parlé de leurs séances de sport pendant que je regardais le comptoir Laura Todd. En sortant, j'ai dit : "On se sent hyper fières quand on a mangé du poisson, non?". Grands yeux ronds unanimes (elles font la moitié de mon poids à elles deux). L'une : Ah non, moi, je ne mange quasiment que ça, c'est ce qu'il y a  de plus sain. L'autre: Ah bon, tu te sens fière, toi? (premier moment de solitude de la journée).

Ensuite, on est montées à l'étage où il y a des fringues de meuf, pardon, à l'"Appartement de mode". Là, tout de suite, ça se bousculait beaucoup moins qu'au rayon bouffe, pardon à la "Grande Epicerie de Paris". Ici, il y a environ 5 vêtements par marque, et je dois dire que contrairement aux autres grands magasins, ça ne m'a pas du tout fait mal à la tête. 

Mon amie a mis environ 9 secondes à traverser le rayon dans son intégralité. Comme elle "AIME CE QUI EST SIMPLE", elle ne veut pas de pois, de rayures, de fleurs, de manches ballons, de col montant, de noeud, de fourrure, de noir, de jaune, de violet, de rose, de volant, de veste, de robe longue, de tenue trop habillée, de modèle classique, de truc trop original, etc. Le choix était donc très vaste.

Mes deux amies ont chacune croisé quelqu'un qu'elles connaissaient dans ces boutiques de luxe (nouveaux moments de solitude). Chez St Laurent, la nana qu'on a croisée: "C'est bien pour moi le vendredi, je suis un peu tranquille, j'en profite toujours pour faire MES PETITES COURSES". 

Chez Saint Laurent toujours, rue de Grenelle (mais aussi place Saint Sulpice), il y a « une sélection emblématique des modèles de la collection » (10 fringues pour les 2 magasins cumulés). Le message est clair: ici, on n'est pas chez Camaïeu. Pour insister sur le fait que je n'étais pas un imposteur dans ces lieux, j'ai dit : "Tiens, cette robe, j'ai une copine qui vient de l'acheter, elle est vraiment jolie" (j'ai des amies qui achètent chez vous, donc je suis des vôtres, même si là exceptionnellement je suis en La Redoute). 

 

Rue de Grenelle, le vendeur était étonnant.

Mon amie: “Tiens, j’essaierais bien la robe-là, en 36” (ça tombe bien, chez YSL, ils font aussi les grandes tailles).

Le vendeur  - …

Mon amie : Je peux regarder la robe qui est devant vous s’il-vous plaît ?

Le vendeur  - Ah, vous voulez voir la robe ?

Moi - Vous pouvez voir si vous l’avez en 36 s’il-vous plaît ?

Le vendeur – Elle veut l’essayer ?

Moi – Oui, elle aimerait bien, si c’est possible.

Le serveur – Oui, bien sûr. En quelle taille ?

 

Bon, finalement elle a réussi à essayer la robe et l’a achetée.

Moralité : si vous avez des goûts simples, ne perdez pas votre temps à faire toutes les boutiques de Saint Germain, allez directement chez Saint Laurent.

Commenter cet article

Stelda 30/03/2012 12:21


Carrément ; c'est d'ailleurs ce que me dit toujours Violaine, la vendeuse de Elie Saab, qui a l'habitude de me servir.

Stelda 30/03/2012 00:48


Je crois que celui-là, c'est mon billet préféré. Heureusement que le ridicule ne tue pas, y aurait eu un massacre. A commencer par le charmant vendeur sourd.

labelette 30/03/2012 11:57



Toi aussi, tu es quelqu'un de "très simple"?



Les amis de la Belette 16/03/2011 18:29



Rien que pour ce que j'ai lu, j'aurais aimé être une fille au moins une fois dans ma vie, et vivre cette expérience de la femminité via son aspect le plus girly : le shopping. Les garçons n'ont
pas le vocabulaire pour exprimer ce type d'émotions, chacun son truc...



Prof 12/03/2011 19:07



Et autres "greige", "bleach", "taupe", "mimosa", "terre de sienne"... Vivent le euphémismes !



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.