Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 Jul

Toutes les nanas sont-elles chiantes?

Publié par labelette  - Catégories :  #Arrête ton baratin

Hello amigos,

J'aimerais connaître votre opinion très sincère sur un sujet.

A quelques jours d'intervalle, avec deux nanas très différentes, j'ai prononcé la même phrase (n'allez pas penser que je tourne en boucle, il se trouve qu'on peut avoir le même style de conversation avec deux personnes, et donc il y a des chances pour qu'on ait le même avis d'un jour sur l'autre, c'est tout).

Cette phrase, je l'ai aussi notée dans mon billet de vendredi, c'est dire à quel point je suis capable d'avoir une opinion suivie sur plusieurs jours.

"TOUTES LES NANAS SONT CHIANTES, C'EST UN FAIT".

(je la marque encore pour faire plaisir à mon marido)

"TOUTES LES NANAS SONT CHIANTES, C'EST UN FAIT".

Les deux nanas avec lesquelles j'ai eu cette échange ont eu la même réaction spontanée, à savoir : c'est faux, toutes les nanas ne sont pas chiantes (chacune faisait allusion à elle-même comme référence de personne éminemment pas chiante). 

J'ai répliqué que j'assumais mes compétences en EMMERDEMENT D'AUTRUI, et j'ai ajouté qu'elles aussi "devaient sans doute être chiantes quelque part" (je savais qu'elles l'étaient, mais j'ai dit "sans doute", on ne peut pas tout se permettre dans la vie). 

Elles m'ont chacune expliqué en quoi elles n'étaient pas chiantes : elles sont à l'écoute, ne cherchent rien à imposer, tout est une question de respect, de compromis blablabliblablabla chapi chapo chapato. 

C'est beau cette vision de la vie, et de soi-même.

J'ai réalisé que mon affirmation était peut être sujette à débat, alors j'en ai parlé à droite à gauche. 

On m'a pas mal rétorqué qu'il y avait une différence entre "chiante" et "chieuse", que les mecs adoraient les "chieuses" mais pas les "chiantes".

Voici ce que sous-tend ce duel sémantique.

La fille CHIANTE : celle qui a UN FOND PENIBLE QUI SE MANIFESTE EN TOUTES CIRCONSTANCES (elle énerve en permanence, est toujours négative, lourde, ne cède jamais un ongle de terrain, etc.). En gros, c'est la fille à laquelle on répond "super" quand elle annonce qu'elle ne pourra pas venir quelque part. 

La CHIEUSE : elle est adorable, craquante, pique de MICRO-EMBALLEMENTS PONCTUELS TOUJOURS LEGITIMES, émet son opinion avec délicatesse (on va là où je veux quand je veux et on fait ce que je veux) et du coup apprécie qu'on respecte ses prises de position. C'est celle qui a le courage d'assumer sa conception des relations de couple (le mieux, c'est que je répartisse les tâches comme ça m'arrange, avec de possibles fluctuations selon ma fatigue, ma flemme et mon programme). Le petit hic, vraiment léger, c'est qu'il y a parfois un certain décalage entre ce qu'elle veut et ce qu'elle demande (je te demande de ne t'occuper de rien, en fait, je veux que tu fasses tout, enfin les trucs qui me saoulent, euh non mais t'aurais dû deviner comment je voulais que tu fasses, eh mais tu fais tout là c'est nul ce que tu fais c'est pas comme ça qu'il faut faire, PUTAIN MAIS T'ES CHIANT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!). 

Avec la chiante, l'homme n'est jamais pleinement heureux.

Avec la chieuse, c'est l'épanouissement garanti. La jouissance de pouvoir prendre des initiatives (qui ont des chances d'aboutir quand elles coïncident avec l'envie de la chieuse, sinon risque de léger et charmant traînage de pied de la nana (c'est nul ton truc, fallait pas réserver là, pourquoi t'as pas regardé sur le site de machin...). Le bonheur de se voir rappeler AU QUOTIDIEN ET INLASSABLEMENT LES MEMES CHOSES. Le plaisir d'être aimé par quelqu'un de très très pointilleux et exigeant.

Le plus drôle, c'est lorsque j'en parle à des hommes. Il me disent "Ah, mais non quand même, c'est ça qui est génial, cette alchimie qui n'est pas toujours facile à obtenir, elle n'en a que plus de prix". Leurs yeux pétillent, ils sont attendris en pensant à leur compagne... 

Parce que les bons côtés de la chieuse sont très supérieurs à ses mini défauts (qui n'en sont d'ailleurs pas).

Il existe de très nombreux degrés d'emmerdeuse.

J'aimerais beaucoup savoir à quel niveau vous vous situez (et pour les hommes, où vous situez votre nana).

- L'emmerdeuse très légère, qui emmerde pour la forme, mais finit toujours par céder (officiellement "c'est hors de question que je fasse ta valise, chuis pas ta bonne", et concrètement, elle fait la valise de LUI avant la sienne)

- l'emmerdeuse chronique, qui pinaille sur tout, et fait sa princesse en permanence (on pourrait l'assimiler avec la chiante, mais elle reste vivable).

Ah, j'ai oublié les niveaux intermédiaires?

- L'emmerdeuse de base, elle aime qu'on fasse ce qu'elle veut, le dit, mais a une certaine marge de tolérance pour ce qui vient de l'autre 

- L'emmerdeuse intermittente, elle chipote quand elle est fatiguée, désoeuvrée ou exaspérée par une attitude récurrente réellement inadmissible. Sinon, elle est ultra cool (je sens que vous serez nombreuses à vous classer là).

- La non-emmerdeuse : elle est actuellement en train d'emmerder quelqu'un d'autre, désolée...

Vous aurez tous compris que toutes ces catégories sont aussi valables pour les mecs.

Eh oui, TOUT LE MONDE EMMERDE TOUT LE MONDE, et c'est ça qui est bien. 

Commenter cet article

Pupu 06/07/2011 14:14



Je pense quand même que ceux sur qui s'exercent le mieux nos compétences de chieuses / chiantes / emmerdeuses resteront toujours nos parents (ils sont là pour ça, d'ailleurs).



labelette 06/07/2011 17:42



C'est que ma mère ne se laisse plus emmerder comme avant...



Jeanne de chez Stéphane 03/07/2011 21:06



Après avoir mûrement réfléchi, je crois que je me situe dans la catégorie "emmerdeuse de base". Mais ce qui est super cool, c'est que mon job me permet d'assouvir tous mes désirs autoritaires,
mes changements d'avis sans justification. Du coup, monsieur souffre moins. Enfin, j'imagine... Disons qu'il est toujours là après beaucoup d'années.



labelette 04/07/2011 21:06



Le fait qu'il soit toujours là ne signifie pas que tu lui épargnes toute emmerdeuserie. Ne te sous-estime pas!



Schtroumpf G. au G. 01/07/2011 17:24



Il y a aussi la méga-chiante orthographique qui devant tant de réflexion sociologique profonde fronce les sourcils et marmonne "Mais c'est masculin, ..." Ce qui importe,
c'est de connaître son public et savoir avec qui l'on peut être chiante (risque de grand fourvoiement, bien entendu).



sand 01/07/2011 15:11



T'es dure là ! Et les mecs, c'est pas un peu à cause d'eux qu'on est relou parfois (j'ajoute et souligne : PARFOIS !).


Je t'accorde qu'il existe des vraies de vraies chieuses mais celles là n'ont pas de mecs et sont malheureuses. J'en ai une dans mon cours de gym, une vraie RELOU ! 


Toutes mes connaissances sont toujours à juste titre chieuses ... parfois ... ce ne sont pas DES chieuses. 


Bref, perso, je me place dans les non-chieuse avec beaucoup de confiance en moi :D 



labelette 01/07/2011 16:06



Je n'ai jamais dit que tout n'était pas de la faute des mecs. Je laisse à chacun la responsabilité de juger.


Les "chieuses parfois" sont celles que j'appelle les intermittentes. Désolée, mais je crois qu'il y a tout de même une marge avec les non-chieuses absolues...!!!



Les Amis de la Belette 01/07/2011 15:09



Si je réponds "oui" à ta question, je ne vais me faire que des ennemi(e)s et si je réponds "non" : personne ne va me croire et me taxer de fayot. Aurais-tu des questions moins chiantes ?



labelette 01/07/2011 16:03



Je réfléchis, mais je n'ai que des questions chiantes qui me viennent à l'esprit... On ne se refait pas. 



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.