Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
08 Apr

Typologie des dîneurs. 1) L'hypocrite

Publié par labelette  - Catégories :  #L'angoisse du jour

mars13-1220.jpg

Mon marido et moi dînons chez des amis.

Tout se passe normalement (les gens discutent) (je mange) (ils ne me voient pas manger, je remange) quand le prénom d'une amie commune surgit dans la conversation. 

Enfin, quand je dis "amie commune" c'était en théorie, puisque la suite des événements n'alla pas exactement dans le sens d'une amitié profonde.

A peine le prénom prononcé, c'est une déferlante de "Ah ouais, elle devient quoi, elle?" (t'as intérêt à me fournir rapidos un vieux ragot croustillant), haussement de sourcils dédaigneux et autres sourires en coin. 

Le mec qui était à l'initiative du sujet poursuit en mode "je parle doucement à l'oreille de mon voisin après avoir dit bien fort la première phrase pour que tout le monde ait grave envie d'entendre " (j'ai fait de la sémiologie du comportement).

Evidemment, je suis à côté, j'entends, et ses paroles sont celles du diable déroulant un long et étayé rapport sur les derniers faits et gestes de ladite amie en mode "je l'enfonce systématiquement".

Sauf que, manifestement, il n'a pas échappé à ma voisine que s'il y a quelqu'un de bien sur cette Terre, c'est bien moi, et qu'il est donc urgent que je n'entende pas les médisances de son mari sur mon amie.

Parce que bien sûr le mari employait force "Tu sais que" (Tu sais qu'elle a fait ci, qu'on lui a rétorqué ça, qu'ensuite elle a osé nan mais attends tu sais pas ce qu'elle a osé faire) et que ben moi, il était évident que je savais qu'il s'agissait là de fausses informations.

C'est assez vicieux de commencer des phrases par "tu sais que" comme si on était le genre de mec qui a le souci d'établir des faits réels et incontestables (je le kiffe à un point).

Bref, ma voisine juge donc opportun de couvrir la voix de son mari en me saoulant de questions alors que nous n'avions pas échangé un mot depuis le début de la soirée (Et ta fille, elle a quoi, deux ans maintenant? Ben non, quatre ans, et j'en ai une deuxième. Ah bah ça, c'est super, le temps passe vite dis donc. Ben oui, super vite, surtout que t'as déjà vu plusieurs fois ma deuxième fille). 

Ce dialogue passionnant m'arrange bien, puisque je n'ai pas envie d'entendre ce qui se joue de l'autre côté, à savoir un adorable foulage aux pieds des dernières mésaventures de mon amie et, plus globalement, de sa façon d'être sur laquelle tout le monde a beaucoup à dire autour de la table.

Je n'ai cependant pas pu échapper à une partie du récit, récit que mon amie m'avait elle-même livré quelques jours avant, mais plutôt différemment. Genre aucun rapport.

J'ai été, sur le coup, partagée. Fallait-il intervenir, "mais pourquoi dis-tu cela, ce n'est pas vrai, voyons" ( voire "Nan mais tu te fous de la gueule de qui à dire des conneries pareilles?") ou le laisser continuer?

J'ai laissé faire, parce qu'il se tape de la vérité et aussi parce que j'étais supposée discuter avec sa femme.

Le plus dur cependant n'a pas été d'entendre cela, mais de me souvenir de la considération et de la confiance que mon amie, elle, a pour lui.

Bon enfin maintenant je suis bien emmerdée.

Quand mon amie me parlera du couple vu ce soir-là, devrai-je dire 

1) rien (après tout, je n'ai rien entendu)

2) "j'ai dîné avec eux, vraiment super sympas, je comprends pourquoi tu les adores"

3) "eux? Méfie-toi, méfie-toi" (elle :" Ah bon pourquoi?/ moi : "euh, parce que, des trucs"/ elle : "T'en as trop dit ou pas assez"/ moi " Ben trop alors")

4)"Eux, je sais pas pourquoi, je les sens pas, ils font faux, mais attention, c'est un jugement très personnel basé sur rien de tangible qui aurait un rapport avec toi".

Bon, je vous le dis en avant première, sinon vous n'en dormirez pas. Ce sera l'option 4, la plus classe, la plus délicate, la plus moi.

J'aimerais beaucoup finir glorieusement en disant que tout cela m'a coupé l'appétit ce soir-là, mais nan.

Attendez, il y avait un plat super dur à faire que j'adore.

C'est plus important qu'une amie, non? 

 

Commenter cet article

office phone systems 14/04/2014 12:04

The hardest part however was not to hear this,things especially from a close friend. It was really a hard time for you , we know. Be strong everytime, Really appreciated that you have shared this news with us. Thank you.

Jeanne qui connaît Stéphane 10/04/2013 21:35


Bon évidemment option 4. Mais franchement, je regrette la petite intervention qui tue, sur le moment.

labelette 10/04/2013 23:37



Oui, je comprends. Mais cela risquait d'être retenu en sa défaveur (genre regarde ce qu'elle a fait avaler à la Belette). 



Pupuaussisortdîner 10/04/2013 18:42


Coucou La Belette ! J'ai vraiment beaucoup aimé cette typologie, je te recommande -si je peux me permettre- un autre type d'invité : celui qui n'aime rien et qui fait son chieur parce qu'il a
(dit-il) des allergies alimentaires (en fait il n'aime rien et il gâche à lui tout seul un dîner).

labelette 10/04/2013 23:37



J'attends que tu m'en dises plus pour étayer ma typologie ;)



clarou 10/04/2013 14:03


la 4 est sans doute la meilleur option.


ces dineurs mauvaise langue seraient-ils lyonnais à tout hasard? ayant grandit à Lyon - trop longtemps- j'ai connu pas mal de dîners de la sorte. pouah.

labelette 10/04/2013 23:38



Ceux-ci ne viennent pas de Lyon, mais il est vrai que je connais aussi quelques Lyonnais qui auraient pu faire partie du dîner...



Sarah Fistole 09/04/2013 22:09


Je choisirai la 4 aussi!

labelette 10/04/2013 23:39



Je savais que toi aussi, t'avais la classe.



so 09/04/2013 20:58


 Une de mes amies , une vraie, a choisi l'option 5  : tout dire. 


Merci à elle. 


En réaction , j'ai décidé de ne rien dire aux " déballeuses", mais depuis je les regarde s'enoncer un peu plus dna sleur hypocrisie et leur mensonge. eh, ben, ca les grandit pas. un jour elles se
prendront elles-mêmes les pieds dans leur propre tapis, et je rirai bien !

labelette 10/04/2013 23:40



Oui, nous rirons, pourvu que le moment arrive vite!



Mikl 09/04/2013 19:37


La solution.0 : Abonder dans le sens de la critique : "...et en plus, elle doit être très con puisqu'elle vous adore...c'est une tuerie ce carré d'agneau, non?..."


Trop tard? Bon alors la 4 améliorée "Les machin-chose, des fois je les trouve très cons, ouai je sais, toi tu les aimes bien d'ailleurs il semble qu'ils t'aiment bien aussi...mais des fois
(putain) je les trouve trop cons".


Là, c'est elle qui va être emmerdée. Enfin, normalement.

labelette 10/04/2013 23:40



La solution aurait été parfaite. Vous venez la prochaine fois? 



Claire dans le monde des bisounours 09/04/2013 14:42


Tout récemment je me suis trouvée dans une situation un peu similaire : au cours d'une réunion (donc pas d'amis) certains ont commencé à cancanner sur des amis à moi, c'était à propos de leur
orientation sexuelle. Tout de suite j'ai mis le hola en disant :" Vous me mettez mal à l'aise. Ce sont des potes, si vous voulez dire du mal, faites-le en mon absence"


Ils se sont arrêtés instantanément après avoir lâché quelques conneries du genre "on est tolérant, on peut rire de tout etc."


Oui, je sais, je n'ai pas toujours de très belles fréquentations, mais je n'y pouvais rien...


et sinon quand on vient te raconter ce qui a pu être dit sur toi, ça fait super mal, mais au moins on sait à quoi s'en tenir avec certaines personnes...


Je ne fais aps trop avancer le schmilblick là, mais j'ai mis mon grain de sel ;)

labelette 10/04/2013 23:41



Oui, c'est vrai, mais cette amie précisément, ne supportera pas de savoir ce qui a été dit sur elle.



Lise 09/04/2013 13:18


il y a, je crois, une autre solution : demandez-vous, si vous étiez votre amie ( celle qu'on a démoli systématiquement ce soir-là) qu'espèreriez-vous de ceux et celles qui ont entendu - vous, en
l'occurence ? Vous savez mieux que personne si votre amie préfère rester en mode renial, ou si, au contraire elle est assez forte et lucide pour accepter la vérité.


Donc, pour moi, en tous cas, ce serait solution 6 de Fabignon : vous retrouver toutes deux dans un endroit calme, avec assez de temps devant vous pour expliquer ce dont vous avez été témoin,
et sans donner votre sentiment - à part votre réaction de colère devant les mensonges.


N'oubliez pas d'affirmer votre soutien à votre amie, elle en aura besoin.

labelette 12/04/2013 19:53



Cette amie ne supporterait pas d'apprendre ce qui se dit sur elle...



Fabignou 09/04/2013 12:05


C'est atroce ce genre de situation !


Je penche aussi pour le 4. Après, si c'est une amie vraiment proche, je suis pour l'option 5, tout déballer. Une amie a fait ça avec moi et je lui en ai été super reconnaissante. Au moins je
savais à quoi m'en tenir.

labelette 11/04/2013 01:29



Avec elle, je ne peux tout déballer, elle ne s'en remettrait pas !



Ginger 09/04/2013 11:55


Je n'aimerais ni être à ta place, ni à celle de ton amie... Je suis bien ou je suis en fait (sur mon canapé en l'occurrence) !

labelette 11/04/2013 01:29



Je te comprends, on est bien sur ton canapé.



Alphonsine 09/04/2013 11:01


Je déteste ces personnes. Elles nous pourrissent la vie. Oui, préviens ta copine avec ménagement, c'est indispensable. C'est une question de survie.

labelette 11/04/2013 01:29



Elle ne survivra pas au fait de savoir ce que des gens peuvent penser d'elle.



drague sur internet 09/04/2013 10:56


Joli blog, et j'aime beaucoup tes réflexions, même si parfois ce sont sur des sujets assez bateaux, mais c'est ça qui est bien :p


Sophia

labelette 11/04/2013 01:30



Ah oui, je suis spécialisée dans les sujets bateau. 



Stelda 09/04/2013 10:55


Et je tape trop vite!! pardon pour les lettres mangées (moins bonnes cependant que ton dîner :))

Stelda 09/04/2013 10:54


La pire des situations. Je crois qu'on devrait leur rentrer dans le lard, dans ces cas-là. sinon, ils continueront éternellement à nous polluer l'tmosphère. Mais je n'ose pas non plus. On est
trop bien élevée!

labelette 12/04/2013 19:54



Oui on est trop bien élevées, c'est exactement ça!



Albane 09/04/2013 10:37


J'ai trop envie de rencontrer tes hôtes ! (Tu as vu, moi aussi je sais être hypocrite)

labelette 09/04/2013 10:44



Le problème ne venait pas de mes hôtes mais d'autres de leurs invités....



Au p'tit bonheur 09/04/2013 09:50


Superbe typologie ! On s'y croirait, merci la Belette !

labelette 12/04/2013 19:55



De rien, je n'ai fait que décrire...



Raphaële 09/04/2013 09:37


C'était quoi le plat ? Moi j'enchainerais 2) et 3), comme ça si elle est choquée, tu dis que c'est une blague (et le 2) te sauve). Ils sont chouettes tes diners on devrait les inviter à la soirée
vinaigrettes ! 

labelette 12/04/2013 19:55



C'était un dîner un peu spécial, désolée, mais si tu veux je te filerai leurs coordonnées...



À propos

Avec des lunettes multi-filtres, pour nous offrir un peu d'air frais.