Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai soumis hier mon souhait provisoire de ne plus écrire que des billets dont vous m'auriez préalablement soumis les sujets. 

Alphonsine m'a proposé celui-ci : quelle est la meilleure façon de balayer devant sa porte? 

C'est une vraie question. 

Balayer devant sa porte implique de sortir de chez soi, d'aller vers l'extérieur, de s'ouvrir, ce qui, pour beaucoup, n'est déjà pas gagné (je pense à des gens, là). 

Une fois qu'on est dehors, il faut résister à l'envie de mater le seuil du voisin.

C'est très dur. 

Tout le monde kiffe le seuil du voisin.

Pourquoi? 

Parce que ça nous empêche de regarder le nôtre qui est super crade, jonché d'envies égoïstes, d'actes méprisables et de projets fumeux. 

Alors qu'on arrive à peine à trouver quelques millimètres sans pensées à foutre à la poubelle devant chez nous, on est là, nez au vent, et on trouve insoutenable le fait que chez le voisin, putain, nan mais t'as vu le nombre de détritus qu'il a cumulés, ça fait grave des couches, comment il fait! Moi, je pourrais jamais supporter ça chez moi, ça je te le dis. 

C'est à ce moment-là que, justement, le voisin sort aussi de chez lui. 

Il est comme vous, tout content, parce qu'il a enfin décidé de balayer devant sa porte. De faire place nette pour sa vie, son oeuvre, sa bonne conscience. 

Mais son regard est attiré par vous. 

Vous le passionnez. Vous êtes là, debout sur vos déchets, et vous ne foutez rien pour dégager tout ça. Il n'en revient pas. 

C'est alors qu'un troisième voisin arrive dans la rue. 

Il marche très lentement.

C'est dingue ce qu'il est lent. 

Il passe devant vous, puis devant l'autre voisin.

Il vous sourit et ça vous énerve. 

Il sourit bêtement, et il est lent. 

Et puis, il parvient au niveau de sa maison. 

D'extérieur, le même style que la vôtre. Aussi belle, aussi moche. 

Il monte les escaliers, un à un, doucement. 

Il arrive sur le pas de sa porte. 

Là, il remarque quelques poussières. Il prend son balai, les envoie balader.

Puis il rentre. 

Les cons restés devant chez eux à se regarder rentrent à leur tour. Ils appellent des amis pour leur raconter à quel point c'est sale chez le voisin de droite, à quel point celui de gauche est chiant, il est lent et sourit bêtement, il n'a vraiment que ça à foutre. 

Les cons auront encore plus de trucs à balayer demain. 

Le lent ira encore se promener demain. 

Moralité : un lent reste lent, un con reste con. Mais finalement, le lent progresse toujours plus vite que le con.

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #La réflexion du jour

Partager cet article

Repost 0